samedi 4 août 2012

Deuxième médaille pour la Belgique aux J.O. de Londres

Après la médaille de bronze de Charline Van Snick en judo, la Belgique a obtenu une deuxième médaille, beaucoup plus inattendue : l'argent grâce à Lionel Cox en tir à la carabine. Inconnu du grand public hier matin, c'est aujourd'hui la coqueluche de toute la presse belge. Inspecteur du travail pour la région bruxelloise, Lionel Cox (31 ans) habite chez ses parents dans la commune d'Amay en province de Liège. Il pratiquait initialement le tir à 300m avant que le COIB ne le persuade d'abandonner cette discipline, qui n'est plus olympique, pour le tir à 50m en 2008.

Il a répondu aux questions de la presse :

"Cette médaille vous tombe un peu du ciel. Vous n'étiez pas favori dans l'épreuve de tir à 50m ?
- Non pas du tout. Et d'autant moins que j'étais le seul amateur de la finale, face à des pros pour la plupart multi-médaillés lors de différents championnats. C'est un exploit énorme que j'ai réalisé. C'est magnifique pour moi et pour la Belgique. C'est un rêve qui se réalise. 599 sur 600 en qualification, c'était mon record de Belgique et je n'étais qu'à un point du Biélorusse qui a ensuite gagné l'or (c'est d'ailleurs sa troisième médaille en six participations aux jeux). Après, j'ai géré lors de la finale à huit. Le Slovène Debevec est revenu tout près, mais mon tout dernier tir a sauvé ma médaille d'argent.

- Vous ne montrez aucune exubérance malgré cet exploit?
- Ce n'est pas le genre des tireurs. Vous avez vu que les deux autres médaillés n'ont plus n'ont pas exulté. C'est un sport plus physique qu'il n'y paraît (la carabine pèse plus de 6kg), mais aussi de concentration. Pendant plus d'une heure, on doit être dans notre bulle pour rester le plus précis possible. Alors après, on met un peu de temps à sortir de la bulle. Mais croyez-moi, je suis très heureux et suis conscient d'avoir réussi un exploit.

- Vous faites figure d'extra-terrestre aux jeux : un amateur complet, c'est de moins en moins courant dans le monde du sport-business?
- C'est vrai, même dans le tir d'ailleurs. Mais je pense que c'est un bon exemple de ce que l'olympisme était au départ. C'est aussi la preuve que je méritais ma place ici. Et dire que je ne devais pas être à Londres. J'ai en effet été repêché par le COIB suite à mes bonnes performances ces derniers mois. En effet, je ne pratique cette discipline précise que depuis 2008 et mon objectif, avec l'Adeps, était d'être prêt pour les J.O. de Rio dans quatre ans. Je suis monté en puissance ces derniers temps et j'ai pu participer aux J.O. de Londres à mon plus grand bonheur.

- Comment fait-on pour combiner la pratique du tir et un boulot à temps plein?
- On fait comme on peut... Je ne pratique pas ce sport pour l'argent (il me coûte bien plus qu'il ne me rapporte) mais bien pour la passion. Les rares primes ne me permettent pas d'en vivre. Je dois donc remercier mon employeur, la Région bruxelloise, où je suis inspecteur du travail, de m'avoir donné une dispense de service durant 30 jours pour être ici. Mais je crois que personne ne s'en plaindra... Pour le reste, je m'entraîne entre 5 et 10 heures par semaine, j'ai un coach et aussi un préparateur mental, qui n'est pas ici à Londres, mais que je remercie. En outre, j'ai discuté la veille de mon départ avec Jef Brouwers, qui travaille avec les hockeyeurs, les Borlée et quelques autres. Il m'a donné quelques précieux conseils, mais c'est un secret entre lui et moi.

- Le COIB prévoit une prime de 30.000 euros pour une médaille d'argent. Qu'allez-vous en faire?
- Ca va à peine rembourser ce que j'ai investi depuis des années... Je le répète : on ne gagne pas d'argent avec le tir, on en perd.

- Pensez-vous pouvoir susciter des vocations pour le tir en Belgique?
- Je l'espère. Vous savez, je fais partie d'un petit club à Amay, d'une centaine de membres à peine, et parfois notre sport est décrié et critiqué. Si les gens se disent qu'ils peuvent arriver aux J.O. en suivant mon exemple et que finalement, le tir c'est un beau sport, tant mieux!

- Rendez-vous à Rio en 2016?
- Oui! Je suis encore jeune, j'ai toute une carrière devant moi".

6 commentaires:

Christiane a dit…

J'ai regardé ce tir de notre compatriote.
C'est magnifique....
Voilà une des raisons de mon absence sur les blogs en plus des enfants....
Bisous pour ce weekend.

.•♫•. Nancy .•♫•. a dit…

*** Je te souhaite un bon dimanche !!!! BISOUS BISOUS BISOUS de Bangkok jusqu'à chez toi Petit Belge ! :o) ***

Célestine a dit…

Voilà, c'est exactement cela,l'esprit des JO. Donner sa chance à un amateur qui parvient à force de courage, à se hisser au niveau des plus grands
et sans avoir pour cela la carotte de millions d'euros.
Je t'embrasse.Merci de tes passages chez moi, tu es plus fidèle que moi!

l'Optimiste a dit…

Les plus belles médailels sont celles que nous n'attendons pas !

Bravo un amateur dans le sens strcit du terme (il s'entraîne en dehoirs de son horaire de travail) qui s'est hissé au niveau des professionnels.

Au départ , l'esprit des J.O. était basé sur le sport amateur, mais notre civilisation dominée par l'argent les a, peu à peu, réservés aux machines à s'entraîner avec un staff technique et des moyens financiers énormes. Qu'on puisse, dès lors, s'élever à la hauteur de ces pros a d'autant plus de mérite.

l'Optimiste a dit…

veuillez excuser les fautes de frappe dans le commentaire précédent. ceal n'arirvera puls, je vosu le prmomets, car je fasi désromias atetnetion

Fanchon a dit…

En espérant que cela ne sera pas la dernière...On attend beaucoup des frères Borlée qui ont toute leur chance. Je te remercie pour ton agréable commentaire. Je vais continuer à vous inviter à ce superbe voyage que j'ai fait à Ténérife. Le plus beau c'est le volcan 'El Pico Del Teide"...Il arrive bientôt.
Amitiés