jeudi 20 février 2020

Prochaines expositions au château de Beloeil

Afficher l’image sourceComme chaque année, le château de Beloeil (province du Hainaut) accueillera une exposition d'amaryllis du 25 avril au 3 mai 2020.

Mais ensuite, il présentera, du 16 mai au 30 septembre 2020, une exposition sur le carnaval de Rio de Janeiro parrainée par le couturier et animateur belge Gérald Watelet, proche de la famille princière.

Quel lien y a-t-il entre le Brésil et Beloeil?

La responsable communication du domaine a expliqué à la presse :    "Cette exposition est une forme de clin d'œil au pays d'origine de la princesse Eléonore (née d'Orléans et Bragance), l'épouse du prince Michel de Ligne, propriétaire du château. Leur mariage a été célébré en 1981 à Rio de Janeiro où la princesse de Ligne, qui descend directement du dernier empereur du Brésil, a grandi. Pour la petite histoire, leur fille Alix vit dans ce pays où elle travaille pour un joaillier. Les liens avec le Brésil sont étroits et c'est ce qui a poussé les organisateurs à privilégier Beloeil. Richesse de couleurs, de tissus, de broderies, plumes, strass et autres accessoires, ce travail exceptionnel de haute couture, réalisé à la main, pourra être admiré de près. Pour l'occasion, toutes les salles seront décorées de costumes brésiliens".

jeudi 13 février 2020

Premier poème du Poète National 2020-2021

  Afficher l’image source   Premier poème de l'auteur belge Carl Norac, désigné Poète National 2020-2021 :

Poème pour l'enfant au bord d'une page

La poésie fait son nid d'une main à peine ouverte,
Elle peut suivre les lignes de la paume
Et aussi vivre dans un poing.
Elle est ce souffle inattendu qui patientait en toi,
Ce temps posé pour l'instant, mais qui dure.
Si tu veux la dresser, changer de livre,
Délaisse les gens qui veulent la définir.
Elle aura toujours le coup d'aile d'avance
De l'oiseau quand tu veux l'attraper.

Un poème ne t'attend pas.
Il est là, même où tu l'ignores.
Il ne se veut pas forcément plus brillant
Qu'une bruine qui s'amuse ou un soleil qui tombe.
Un poème ne fait pas pousser les fleurs.
C'est une parole entre deux lèvres
Qui ne sauvera peut-être pas la Terre,
Mais qui s'entendra,
Se fendra d'un aveu, d'un amour, d'un combat.
Elle chantera encore quand d'autres s'agenouillent
Ou s'enfuient devant la foule des bras tendus.

Aujourd'hui, tu vas écrire, me confies-tu.
Alors, vas-y, jette-toi dans la beauté.
Au bout d'une page, ou de quelques vers,
Il y a parfois le début d'un univers.
Je te regarde : ce matin, tu te sens poème
Que tu crois pouvoir toucher,
Pour dire le monde,
L'infini d'une seconde.

Carl Norac                      

jeudi 6 février 2020

La marque belge J&Joy

C'est à Waremme (province de Liège) que se trouve le siège de J&Joy, la seule marque de prêt-à-porter belge ayant un fonds philanthropique géré par la Fondation Roi Baudouin. Ils soutiennent les Petits Riens en Belgique, des projets en Inde en faveur de l'éducation des enfants, et l'association Objectif Ô de Jean-Denis Lejeune qui fait creuser des puits d'eau potable dans les zones défavorisées d'Afrique et d'Inde. Tous les vêtements de la marque sont fabriqués dans des usines pratiquant le commerce équitable, n'employant pas de travailleurs âgés de moins de 16 ans, et conformes aux chartes internationales du travail.

Pour découvrir leur catalogue :   www.jn-joy.com

lundi 27 janvier 2020

Un retour de l'Etat belge unitaire ?

Le nouveau et médiatique président du MR Georges-Louis Bouchez a fait grand bruit il y a quelques jours en déclarant : 

"Je suis unitariste. Moi, je suis pour un Etat unitaire. Je ne parle pas d'efficacité quand je vous dis ça, mais d'attachement sentimental. Des améliorations liées aux réformes de l'Etat ? Je n'en vois aucune en ce qui concerne les grandes compétences. Si jamais, on devrait procéder à une évaluation des six réformes de l'Etat, je peux déjà vous donner la conclusion. La conclusion, c'est qu'on doit tout remettre au niveau national. Si ça ne tenait qu'à moi - mais je ne suis pas tout seul -  on remet tout à un niveau central. Et si véritablement, on considère que ce pays n'est plus gérable, alors on peut le diviser". 

Ces propos de Georges-Louis Bouchez lui ont valu de nombreuses critiques, tant au nord qu'au sud du pays. Moi, je suis d'accord avec lui. Bien sûr, ne soyons pas naïfs :  je ne crois pas un retour à l'Etat belge unitaire, car il y a trop de partis politiques qui y sont opposés. Mais si on parle d'efficacité, Georges-Louis Bouchez a raison :  les compétences gérées par les régions et communautés ne le sont pas nécessairement de façon plus efficace. Si on prend les vastes dossiers des problèmes de mobilité et de protection de l'environnement,  est-on vraiment efficaces avec plusieurs ministres (de partis politiques différents) responsables pour un pays aussi petit que la Belgique?  J'en doute…  Un retour de l'Etat belge unitaire, c'est sans doute utopique. Mais faire revenir certaines compétences au gouvernement belge (comme la santé, la mobilité ou l'environnement), ce serait une bonne chose selon moi. Et lors des réactions aux propos de Georges-Louis Bouchez, je regrette que les partis politiques n'aient pas abordé la vraie question de fond :  l'efficacité au service des citoyens.

Rappelons qu'il existe un tout petit parti national et bilingue qui prône le retour à un Etat belge unitaire :  il s'agit du BUB (Belgische Unie - Union Belge). Son président Hans Van de Couter est conseiller communal à Uccle. Mais la communication de ce parti n'est guère efficace. Cliquez ci-dessous sur "BUB" pour retrouver mes anciens articles consacrés à ce parti.

jeudi 23 janvier 2020

Le groupe belge Ayahuesca

Ayahuesca est un nouveau groupe belge constitué de trois jeunes musiciens de 20 ans originaires de la région de Tournai dans le Hainaut :  Gaspard Loncke, Bastien Wibaut et Joseph Bertholet. Ils interprètent des compositions inspirées du jazz et de l'électro, des musiques actuelles, de la musique du monde. Leur nom de scène évoque l'ayauasca, cette liane amazonienne qui procure aux chamans des hallucinations :   "Parce que notre musique électronique jazz expérimentale se rapproche un peu d'une forme d'hallucination, d'un voyage dans l'imagination humaine. Et nous aimons aussi l'esthétique naturelle de la liane dont nous nous inspirons pour nos chemises, notre site Internet, etc".

Le groupe Ayahuesca sera en concert le 31 janvier à la 3ème soirée musicale de l'église Saint-Michel de Braffe, et le 19 avril en ouverture du Festival de Jazz de Tournai. 

jeudi 16 janvier 2020

Les archives de Charles-Ferdinand Nothomb à Arlon

Le ministre d'Etat Charles-Ferdinand Nothomb a légué 35 ans d'archives aux Archives de l'Etat, et plus particulièrement à son siège d'Arlon en province de Luxembourg.

Il a répondu aux questions des quotidiens du groupe Vers l'Avenir :

"Comment avez-vous eu l'idée de conserver tous ces documents?
- Ce n'est pas moi qui ai eu l'idée. Au début de ma carrière, un archiviste arlonais, Mr Petit, avait prévu que je serais longtemps en politique. C'est lui qui m'a demandé de tout déposer. Les premiers documents remontent à l'époque où je suis devenu député, c'est-à-dire en 1968. Je l'ai ensuite fait durant 35 ans. Cela représente une énorme masse de papier : environ 500 mètres de rayonnages. Quand j'ai mis un terme à ma carrière politique, je suis retourné aux archives voir le successeur de Mr Petit. On s'est rendu compte qu'elles n'étaient finalement pas classées, faute notamment de temps et de personnel.

- Vos archives atterrissent ensuite à Saint-Hubert et c'est là que commence le travail de classement?
- C'est là qu'un archiviste consciencieux, Mr Annaert, s'est attaqué à la classification. Il n'a pas tout fait, mais a décidé d'organiser un colloque pour éclairer certaines thématiques. Des relations avec mon père à celles avec la famille royale ou des relations au Congo :  des professeurs universitaires se sont exprimés sur celles-ci. Je les ai entendus faire des commentaires sur mon histoire sans rien dire. Et aujourd'hui, ce sont les actes de ce colloque qui sortent. Malheureusement, Mr Annaert est décédé et n'a pas pu aller au bout de ce travail.

- Concrètement, que retrouve-t-on dans tous ces documents? Et à quoi cela peut-il servir?
- Toute ma correspondance, ce que les gens m'écrivent, ce que je leur réponds. Tous mes documents parlementaires, les réunions, etc. Il y a des dizaines d'exemples qui peuvent éclairer soit des étudiants, soit des hommes politiques sur des décisions qui ont été prises.

- Y a-t-il des choses que vous avez voulu retirer?
- Non, tout y est. C'est peut-être un peu imprudent d'ailleurs. Un professeur est, par exemple, allé fouiller dans les archives de mon père. Il a découvert toutes les polémiques que nous avions lui et moi, et tous les noms d'oiseaux que nous nous donnions dans la famille. Rien de dramatique, mais cela prouve que nous avons tout laissé ouvert. Les gens qui chercheraient scandale pourraient sans doute trouver des choses que je ne pourrai expliquer. Personnellement, je n'ai rien supprimé, y compris sur le débat du Heysel qui était de toute façon un débat public. Je ne me suis d'ailleurs jamais gêné pour expliquer pourquoi j'ai pris cette position. J'estimais à l'époque que le ministre de l'Intérieur devait soutenir ses subordonnés contre une fédération qui avait beaucoup de torts et était démagogique. C'était sa responsabilité. Certains m'en ont voulu.

- Où seront conservées ces archives?
- Si elles ont un temps été divisées, elles sont désormais toutes à Arlon. On aurait pu les mettre à Bruxelles, mais nous avons fait le choix de les laisser là où tout a commencé…".

lundi 23 décembre 2019

Meilleurs voeux pour l'année 2020 !

Des soucis familiaux m'ont éloigné ces derniers mois d'Internet. J'ai manqué de temps pour m'occuper de mes trois blogs et pour consulter ceux de mes amis bloggeurs. Ma motivation reste cependant identique. Pour mon dernier article de l'année, je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes de fin d'année et une heureuse année 2020. Merci à tous pour votre fidélité au Journal d'un petit Belge (créé en décembre 2006 il y a déjà 13 ans avec plus de 1.400 articles publiés...), vos commentaires, votre bienveillance et votre intérêt pour notre pays.

N'oubliez pas de consulter mes deux autres blogs :   http://familleroyalebelge.blogspot.com  et  http://ecrivainsbelges.blogspot.com .

A l'année prochaine….

vendredi 6 décembre 2019

Bonne fête de Saint-Nicolas !

Bonne fête de Saint-Nicolas à tous les enfants, étudiants, enseignants et employés !  Une tradition bien vivace dans les trois pays du Benelux (Belgique, Pays-Bas et grand-duché de Luxembourg).

Je vous mets les liens de quatre anciens articles consacrés à cette fête :

http://journalpetitbelge.blogspot.com/2009/12/la-fete-de-saint-nicolas.html

http://journalpetitbelge.blogspot.com/2011/12/bonne-fete-de-saint-nicolas-tous.html

http://journalpetitbelge.blogspot.com/2017/12/un-album-sur-st-nicolas-realise-par-des.html

http://journalpetitbelge.blogspot.com/2018/11/la-legende-de-saint-nicolas-xavier.html

lundi 18 novembre 2019

La basilique de Koekelberg

                           Vue avant de la basilique.

Savez-vous que :

- le projet de création de la basilique est née sous le règne du roi Léopold II et que la première pierre fut posée en 1905 ?

- la basilique devait au départ être une sorte de "Panthéon bruxellois" où les grandes personnalités auraient été inhumées, mais ce projet a été oublié ?

- la construction de la basilique a duré plus d'un demi-siècle sous le règne de quatre rois (Léopold II, Albert Ier, Léopold III et Baudouin qui l'a inaugurée)?

- la basilique est le quatrième édifice religieux au monde après Saint-Pierre de Rome, Saint-Paul de Londres, et Sainte-Marie de Florence ?

- la basilique peut accueillir 37.000 personnes (contre 54.000 à Rome) ?

- la basilique a été financée pendant deux générations par des collectes dans les églises du pays, à une époque où la Belgique était encore très catholique?

Malgré sa démesure, je trouve personnellement que la basilique n'est pas vraiment devenue un "édifice national", peut-être parce qu'elle ne se trouve pas dans le centre de Bruxelles? La cathédrale Saints-Michel-et-Gudule est plus associée aux grands événements de notre pays et de notre dynastie.

lundi 11 novembre 2019

Trophée National du Mérite Sportif 2019

                           Après l'athlète Nafissatou Thiam en 2016, le joueur de tennis David Goffin en 2017 et la gymnaste Nina Derwael en 2018,  le Trophée National du Mérite Sportif 2019 a été attribué aux Red Lions, l'équipe nationale masculine de hockey (voir ci-dessus sur une photo d'archive avec nos souverains).
Bravo à eux pour cette récompense qui leur sera remise en décembre à l'hôtel de ville de Bruxelles !

Le Trophée National du Mérite Sportif est la plus haute distinction sportive de notre pays et on ne peut la recevoir qu'une seule fois dans sa carrière. Plus d'infos sur les anciens lauréats :   http://journalpetitbelge.blogspot.com/2012/11/trophee-national-du-merite-sportif-2012.html