mardi 27 janvier 2009

"Que la Belgique crève? Questions aux séparatistes" (H. De Croo)

Ancien ministre, ancien président de la Chambre et du VLD, Herman De Croo est actuellement député-bourgmestre de Brakel. Il a écrit un ouvrage bilingue sur le séparatisme qui se lit en une demi-heure. Ce concept me plaît car il donne les mêmes informations au nord et au sud du pays, ce qui est malheureusement trop peu souvent le cas. Il a eu raison de ne pas évoquer des raisons sentimentales ou nostalgiques, mais de se baser sur des dossiers concrets.

Herman De Croo explique que l'indépendance de la Flandre obtiendrait difficilement le soutien de pays comme la Grande-Bretagne ou l'Espagne, qui ne voudraient pas donner des ailes aux séparatistes écossais et basques. Il met en garde contre le départ probable de l'Otan et des institutions européennes vers un autre Etat plus stable.

Le député réfute toute comparaison entre la Belgique et la Tchécoslovaquie, car les Tchèques et Slovaques n'ont pas de capitale commune. L'existence de Bruxelles oblige nos deux grandes communautés à s'entendre. Il fait également remarquer que de nombreux Flamands viennent travailler dans la région bruxelloise mais paient leurs impôts en Flandre ; qu'adviendraient-ils dans un Espace Wallonie-Bruxelles indépendant?

Herman De Croo explique également que l'Etat fédéral et la sécurité sociale prennent à leur compte le financement des coûts liés au vieillissement de la population, et que les séparatistes évitent soigneusement de revendiquer la régionalisation de cette compétence. Mais en cas de scission de la Belgique, les dépenses liées au vieillissement auraient des conséquences sur le budget de la Flandre, d'autant qu'il sera plus important au nord de la frontière linguistique.

Après avoir évoqué la difficulté de partager la dette publique, Herman De Croo écrit : "Il convient de faire preuve d'un certain réalisme et de savoir que la scission de la Belgique causerait d'énormes dégâts à notre image. La perte de confiance des investisseurs, élément qui leur est crucial, aurait un impact négatif sur notre image et impliquerait une baisse de la croissance économique et une diminution des investissements".

S'il estime qu'une réforme de l'Etat est nécessaire, il s'oppose au confédéralisme : "Ceux qui prônent un réel modèle confédéral comme solution pour l'actuelle réforme de l'Etat, se font des illusions. Ou, bien pire, donnent des illusions à d'autres". Il fait remarquer que peu de séparatistes proposent des solutions concrètes aux difficultés citées dans son livre, et conclut que la scission de la Belgique aurait pour la Flandre bien plus de conséquences économiques négatives que de répercussions positives.

10 commentaires:

Alain a dit…

Bonsoir, je n'est pas lu ce livre, pas encore du moins.
S'il est vrai et je te crois puisque tu le dis, qu'il décris et pose les bonnes questions, il devrait aussi en faire la promo dans son parti.
Car si je ne m'abuse tous les partis flamands sont plus ou moins pour une grande réforme de l'état et ce qu'ils décrivent comme réforme est tout simplenent une scission pure et simple, car un confédéralisme poussée à l'extrème débouche toujours sur une scission.
A moi les sous, à vous les emmerdes, je caricature ici bien sùr, mais quand on entend ça, on se dit tu veut les sous, t'auras les emmerdes aussi.
Ce monsieur est aussi un des rares à encore avoir des "connexions" en wallonnie, je pense que c'est ce qui manque aussi aux politiques flamands et wallons, ils ne se parlent que trop peu et toujours à l'occasion de ceçi ou cela, bref pour ne rien dire, ils devraient plutôt se parler naturellement, mais pour ça, un pays, un gouvernement point barre.
Amitié.

belgeetfierdeletre a dit…

Il a incontestablement raison sur de nombreux points,sauf un:La réforme de l'état.Ce ne sera pas une bonne chose pour la Belgique,car la condition sine qua non du maintien de la Belgique est qu'on aie des choses en commun.Or la liste des choses qu'on n'a pas en commun est longue (en plus de la langue et la culture):Environnement,urbanisme,sport,tourisme,commerce extérieur,médias,... (liste non exhaustive).
Si on applique cette réforme,ce sera encore pire,car la liste va s'allonger.
Or si les régions gèrent (presque) tout comme le veut cette réforme,à quoi servira encore l'état fédéral?Sera-ce rationnel de maintenir un gouvernement qui ne gère plus rien?Si les gouvernements régionaux peuvent tout gérer,à quoi cela servira-t-il de maintenir la Belgique?D'autant plus qu'on se croit encore plus dans un autre pays une fois passé la frontière linguistique.D'autant plus que la N-VA y est favorable,ça veut tout dire.
@ Alain:le confédéralisme est en fait une collaboration entre 2 états indépendants qui mettent quelques compétences en commun.Un état confédéral est donc un non-sens.

belgeetfierdeletre a dit…

Les flamingants sont quand même un peu gonflés de reprocher de maintenir la Belgique pour des raisons sentimentales,car eux-aussi utilisent des raisons sentimentales (p.ex.l'identité flamande).

belgeetfierdeletre a dit…

@ Alain
Vive les partis régionaux

Bob a dit…

Perso, je crois que la seule façon de maintenir la Belgique en tant que nation est d'en faire une confédédération à la Suisse...

Les flamands en ont marre d'être obligés d'appliquer ( notamment en matière d'immigration ) la politique suicidaire que leur impose la Wallonie.

Voyez le vote des étrangers non européens aux communales ! Les flamands étaient farouchement contre. La Wallonie la leur a imposé etc...

Voyez l'enseignement qui est régionalisé. Mon fils a fait ses primaires et ses kleuter en neerlandais, puis est passé dans l'enseignement francophone. La différence surtout à Bruxelles est renversante.

On lui a appris en première humanités la matière mathématique, qu'il avait vue en sixième primaire
chez les neerlandophones... et je ne m'étendrai pas sur la discipline.

Mais bon, quel type de confédération avec Bruxelles au milieu ?

.

belgeetfierdeletre a dit…

@ Bob
La Suisse n'est plus à proprement parler une confédération,même si le nom est resté.C'est effectivement un bon exemple pour la Belgique car ils ont au moins 3 entités fédérées (les cantons) dont les limites ne coïncident pas avec les frontières linguistiques.Ce serait une alternative intéressante car un pays avec 2 (2.5 si on tient compte de Bruxelles) ne saurait pas fonctionner,même dans un pays unilingue.Pour preuve,on est le seul pays au monde à appliquer ce système foireux.

Youri a dit…

Le livre de De Croo a le mérite d'exister comme celui de Demelenne et celui de Javeau également très récemment sortis de presses.

1/ je ne vois pas sous quel prétexte et en usant de quelle "législation", l'Espagne et la Grande Bretagne pourraient s'opposer à la scission de la Belgïe-que.
Tout au plus ces pays pourraient-ils émettre des regrets.
Il est un fait que si la Flandre parvient à embarquer Bruxelles avec elle, l'Otan et les Institutions Européennes partiraient.
Si Bruxelles (85% de Francophones) se retrouve avec la Wallonie, rien n'obligerait ces institutions de quitter.

2/ Les Tchèques et les Slovaques n'ont pas de capitale commune.
Le problème de Bruxelles est en effet le seul qui retient encore la Flandre de faire le pas vers l'indépendance.
Le fait que des Flamands travaillent à BRXL et paient leurs impôts en Vlaanderen est déjà le gros problème de la capitale sous financée malgré qu'elle soit pourvoyeuse de nombreuses richesses.
Le problème serait résolu par le paiement de l'impôt sur le lieu de travail.
Soit dit en passant que Reynders vient de supprimer le régime fiscal très avantageux (eh oui, on est nettement moins taxé en France) dont les frontaliers jouissaient (avec une période de transition).

3/ Le problème du vieillissement en Flandre n'est finalement pas le nôtre. Combien de fois n'at-on pas entendu dire :"plus un Euro pour la Wallonie" ?

4/ De Croo devrait d'abord convaincre (ou tenter de le faire = voeu pieux)les séparatistes flamands de ses théories et pas seulement dans les partis extrêmes ou populistes. Que l'Open-VLD de Keulen et consorts commence à balayer devant sa porte....

5/ L'image négative à l'étranger serait (sup)portée par la Flandre et elle seule.
En matière d'économie et d'investissements étrangers, l'axe économique Dunkerque-Cologne qui passe par la Wallonie est d'un grand intérêt et porteur de tous les espoirs.

6/ Les solutions aux difficultés avancées par De Croo sont énoncées par tous ceux qui prônent un rapprochement entre la Wallonie (Bruxelles) et la France. Ce rapprochement pourrait revêtir une forme ou une autre (partenariat, réunion avec statut spécial....). Les solutions sont énoncées sur les sites qui développent cette hypothèse (et pas seulement celui du RWF).
La solution du "rattachisme" serait d'ailleurs une chance inespérée pour la Wallonie en matière économique: celle de se retirer des griffes de la Flandre et d'entrer en coopération réciproque avec un grand pays où le mot solidarité a encore tout son sens.
Personne n'a jamais entendu un Marseillais dire :" plus un Euro pour ces fainéants du Nord Pas de Calais " !!!!


Bref, les raisons évoquées par De Croo sont en effet plus élaborées que celles qui font appel à la nostalgie ou aux raisons sentimentales.
Elle n'en demeurent pas moins qu'elles font elles aussi appel à la méthode Coué en martellant que ça n'arrivera pas parce que ci et ça....

Bien à vous.

Daive a dit…

@Youri

Les problèmes inter-régionaux existent bel et bien en France. Il existe, comme partout, des résistances capitale/"province", et pas de partis régionalistes (beaucoup de Maire corses proviennent de partis identitaires, Pays Basque, Occitan, Breton, etc ...). Bien sur, ils sont moins importants qu'en Belgique, mais les nier serait faux. Souvenez-vous aussi de cette banderole "bienvenue chez les Cht'is" ou de la Marseillaise huée : En France les problèmes communautairo-régionaux existent bel et bien.

En ce qui concerne l'argument économique, je ne vois pas la différence entre une confédération avec la Flandre ou avec la France vu que la gestion de l'économie sera quand même Wallone ?

J'ai lu dans le dernier Vif l'Express que de plus en plus d'entreprises flamandes investissaient en Wallonie, de plus il est impossible de nier que la Flandre (malgré les problèmes que cela implique) nous donne beaucoup d'argent, en sera-t-il le cas avec la France ? (pourquoi feraient-ils ça, ils ont déjà leur problèmes).

Sur Bruxelles, je suis bien d'accord avec vous, ça me faire rire jaune qu'un VLD utilise ce genre d'argument alors qu'ils sont les premiers à empécher le developpement de Bruxelles, c'est risible.

Pour finir, concernant l'image, je préfère que quelques politologues érudits et internationaux dévisagent le mauvais climat politique entre les Belges plutôt qu'une masse mondiale apprenant par la CNN et Al Jazeera que la Wallonie (plus pauvre que la Tchequie ou la Slovénie entre parenthèse) se soit faite larguée ... Question d'image.

Youri a dit…

@ Daive

Question d'image en effet.

Si elle devenait la 23° région française (en métropole), la Wallonie se classerait dans le premier tiers des régions les plus riches de France en PNB.

Vous avez raison de dire que des problèmes identitaires existent aussi en France: il doit se trouver 15% des Corses à vouloir leur indépendance (ou si vous préférez 85% à reconnaître que la vie est belle avec la France). Ce chiffre d'indépendantistes est dérisoire en Bretagne, au pays Basque et en Savoie.
Parlez-moi de la Flandre en la matière.

Le racisme existe aussi en France, malheureusement. Je signale que le club dont les supporters se sont "distingués" de cette manière a été lourdement condamné par la ligue française de football. Pas le club flamand qui chantait que les Wallons c'était du ....

En ce qui concerne l'argument économique, force est de cnstater qu'il n'y a aucune concurrence entre les régions françaises. Chacune trouve sa place au sein d'un ensemble harmonieux. Aucune ne revendique plus parce que plus pourvoyeuse de richesses. Aucune compensation n'est exigée par l'Ile de France ou la région Paca quand Paris aide la Lozère ou le Béarn.

Je vous ai déjà signalé que la France a tout intérêt à s'associer avec la Wallonie.
Un très gros pourcentage des entreprises installées en Belgique sont déjà aux mains des Français. La France développe l'axe économique Dunkerque-Aachen-Köln. Dunkerque, port de pleine mer, se prépare à pouvoir accueillir les futurs super portes-conteneurs (ce que ne pourra jamais faire Antwerpen.
Relier la conurbation de Lille avec celle de Köln suppose de traverser toute la Wallonie.Voici qui rapporterait beaucoup plus à ma Région que l'élargissement de l'Albert Kanaal.
En ce qui concerne les aides financières, savez-vous que dernièrement Paris a dégagé l'équivalent de 10 fois un plan Marschall pour aider la Corse. Je vous rappelle que l'Ile de Beauté compte 10 fois moins d'habitants que la Wallonie (cherchez et goûtez la différence).

Pour en revenir à l'image, faire partie de la 5° puissance mondiale peut quand même paraître un rien prestigieux.
En tout ca plus que l'image que donne actuellement la Belgïe-que depuis de longues années. Même les Congolais parlent de guerre tribale belge.
Je vous conseille en la matière la lecture des journaux étrangers, français, anglais, américains qui ont décortiqué le problème belge et ce sans les oeillères et les complexes dont beaucoup sont affublés dans notre pays.

Bien à vous.

Alain a dit…

Bonsoir, Je ne peut pas m'empêcher de réagir quand je lis certains coms.
@ belgeetfierdeletre, je n'ai jamais dit le contraire de ce vous écrivez, plutôt même l'inverse j'abonde dans votre sens, Quand aux partis régionaux oui bien sùr, mais aussi ceux qui nous représentent tous, c'est à dire une circonscription nationale avec des élus qui devraient rendrent des comptes à toutes la population et non pas à leur seule communauté.
@Bob, je suis entièrement d'accord avec vous question d'enseignement, un gros problème de sous financement perdure en wallonnie, comme d'autres postes d'ailleurs dù à la mauvaise gestion de nos élus, c'est pourquoi moi je pratique la sanction de non-vote pour les 4 partis représenter actuellement, car à force de nous mettre toujours les mêmes, eux se font une place au soleil et la wallonnie ne "décolle" pas.
Par contre, mais ce n'est que mon avis bien sùr, la Suisse n'est pas la bonne référence, pourquoi, simplement parce que dans le passé de ce pays, il y avait 4 régions bien distinctes et qu'au fur et à mesure elles se sont rapprochées pour ne plus faire qu'une seule entitée nation, tout le contraire de ce que prône les politiques flamands qui eux ne veulent que scinder et séparer.
En fait c'est exactement l'inverse de la Suisse.
@ Youri, je respecte les avis de chacun, et pour ce faire je ne donne pas de conseil et ne parle pas de doux rêveur etc.
Vous avez un avis, grand bien vous fasse, mais sachez que je ne le suivrais pas bien au contraire, je suis pour un renforcement de l'état nation Belgique.
Peut être que l'avenir me donneras tort, peut être pas qui peut en préjuger, donner son avis est une chose, mais le faire prévaloir en soulignant certains faits ou non-faits en est une autre.
J'ai de nombreuses connaissance en France et sachez qu'elles ne sont pas toutes aux paradis, bien loin de là.
Mais de toute façon, peut importe, vous avez votre opinion je la respecte, sachez svp respectez celles des autres et arrêtez de parler de doux rêveurs, que l'on ferait bien de lire ceci ou cela, car les doux rêves se trouvent des côtés et que pour lire d'autres liront l'inverse de vous, chacun son livre de chevet comme on dit.
De toute façon, le fin mot viendras bien assez tôt, pour vous comme pour moi.
En toute amitié.