lundi 20 février 2017

Le parc Durbuy Adventure Valley

Né à Gand en 1965, Marc Coucke est le président du groupe pharmaceutique Omega Pharma qu'il a cofondé et qui a fait de lui un milliardaire. Avec cet argent, il investit dans différents endroits du pays : en province de Flandre Occidentale (il est actionnaire majoritaire du club de football d'Ostende), en province du Hainaut (il est co-propriétaire du parc Pairi Daiza avec Eric Domb) et en province du Luxembourg (à Durbuy où il rachète beaucoup de choses).

Plus d'infos et de photos sur Durbuy grâce aux photos de notre amie Mimi du Sud :   http://journalpetitbelge.blogspot.be/2013/12/la-ville-de-durbuy.html

A Durbuy, Marc Coucke et son associé Bart Maerten rachètent beaucoup de choses ces derniers mois :   l'ancien parc Durbuy Aventures, des petits maisons de la vieille ville (qu'ils veulent louer à des artisans locaux), 25 hectares du domaine de Hottemme, des restaurants, le camping de la Chênaie, etc. Objectif des deux associés :  créer un parc Durbuy Adventure Valley. Si l'intérêt économique est évident (23 emplois ont été créés en 2016 et une cinquantaine d'engagements sont prévus pour 2017-2018), certains craignent que la petite ville perde son authenticitié. Seul l'avenir nous le dira...

Marc Coucke a répondu aux questions des quotidiens du groupe Vers l'Avenir :

"On vous voit souvent à Durbuy...
- Effectivement, ce projet me tient à cœur. C'est un projet dans lequel je m'investis à fond avec Bart Maerten. Nous enchaînons les réunions pour mener à bien ce projet dans le respect des règles et de l'environnement. C'est incroyable comme il a évolué en sept mois, depuis la conférence de presse de présentation du 24 juin dernier. Je n'ai jamais vu un projet qui roulait comme çà.

- Vous venez de présenter le concept Durbuy Adventure Valley. Pouvez-vous l'expliquer?
- En fait, La Petite Merveille reste le nom du projet global. Mais Bart m'a fait remarquer, à juste titre, qu'il fallait ajouter une référence à Durbuy, qui est plus porteur en terme touristique. C'est pourquoi nous avons décidé que la partie "parc" du projet, se déployant sur trois collines et trois vallées et proposant de multiples activités, porterait le nom de Durbuy Adventure Valley.

- Pourquoi communiquer aujourd'hui alors que la saison touristique commence dans un mois?
- Car les opérations évoluent bien et que nous avons envie de montrer toutes ces évolutions. Et parce que pour la première fois, nous avons un projet global qui, sur la carte, forme une entité unique avec le regroupement des activités de La Petite Merveille (vacances scolaires) et du parc d'attractions. Nous pensons d'ailleurs préserver le bois de Famenne que nous avions acquis car Natagora nous a indiqué qu'il y avait des espèces protégées comme les papillons.  Il faudrait que Durbuy soit plus attractive toute l'année et soit moins dépendante des conditions météorologiques. C'est pourquoi nous allons aménager des activités indoor. Actuellement, hors grands événements, on fait vite le tour de la ville. A nous de trouver des activités ou des artisans pour les faire rester et passer un bon séjour".

5 commentaires:

edmeedexhavee a dit…

Personnellement je trouve que ce serait dramatique, car le tourisme de Durbuy devrait rester (et déjà... ça a bien changé depuis le Durbuy que j'ai connu petite..) un tourisme de promenades dans une nature superbe, de gastronomie, d'architecture ancienne, de calme. Ce parc d'attraction va en effet attirer tout le contraire comme visiteurs et chasser les premiers....

adrienne a dit…

(soupir)

Carine-Laure Desguin a dit…

Un parc d'attraction, pffff.

Philippe a dit…

Pour un petit village il y a de quoi s'inquiéter de ces brusques changements mais si l'intérêt touristique est grandissant pourquoi pas, attendons de voir... bon week-end Petit Belge.

youri a dit…

Le pouvoir du fric mal utilisé.
Je ne comprends pas que le Petit Belge ne soit pas plus critique envers un projet aussi démesuré et si mal à propos à cet endroit.
Sans doute est-il obnubilé par tout ce qui de fait en belgium au point d'en oublier un élémentaire sens critique.