samedi 20 septembre 2008

La Belgique de Micheline Boland

Psychologue retraitée, Micheline Boland habite Mont-sur-Marchienne et est l'auteur de quatre livres : "Contes à travers les saisons", "Comment rendre votre quotidien plus plaisant", "Nouvelles à travers les saisons" et "Nouvelles à travers les passions". Plus d'infos sur http://micheline-ecrit.blogspot.com

1° Votre définition de la Belgique?
Un pays né des frustrations et des douleurs connues sous divers occupants. Un pays "patchwork" à l'humour particulier où l'on ne se prend pas au sérieux et où, du nord au sud, l'on aime faire la fête.

2° Quels sont vos endroits préférés de Belgique?
J'aime le pays de Charleroi : au retour des vacances, revoir ma région me remplit toujours de joie. Les terrils recouverts de neige, resplendissants sous le soleil, sont aussi un régal pour les yeux. L'émotion est toujours présente quand je visite le Bois du Cazier et le Musée de la Photographie à Mont-sur-Marchienne. Je ne m'en prive d'ailleurs pas. J'aime me promener le long des bords de Meuse dans la région de Dinant ou le long des bords de Sambre à Leernes. J'aime aussi me balader dans les quartiers pittoresques et anciens de Namur, Liège ou Thuin.

3° Vos coups de coeur culturels belges (musique, littérature, peinture, cinéma, etc.)?
Mes peintres préférés : Bruegel et Jérôme Bosch.
Mes musiciens : Brel et Arno.
Mes acteurs : Benoît Poelvoorde et Yolande Moreau.
Mes auteurs : Amélie Nothomb et Jacqueline Harpman.
Deux photographes : Bruno Stevens et Léonard Misonne.
J'aime aussi des artistes de l'ombre, comme certains jouteurs d'impro théâtrale, les auteurs de Chloé des Lys, les céramistes et les conteurs.

4° Votre membre préféré de la famille royale belge?
Albert II : il a le contact facile, il apparaît bon vivant. Je trouve qu'il incarne assez bien l'esprit du pays.

5° Quels sportifs belges soutenez-vous?
Je soutenais Eddy Merckx, Justine Henin, Kim Clijsters et Kim Geevaert. Je soutiens Tia Hellebaut.

6° Quelles sont vos spécialités culinaires belges préférées?
Les croquettes aux crevettes grises, croquantes à l'extérieur, moelleuses à l'intérieur, l'oie à l'instar de Visée avec juste ce qu'il faut d'ail, le waterzooi à la gantoise, légumes fondants et sauce crème, la tarte au "riz macaron" comme à Liège, épaisse et onctueuse, le fromage de Herve à la senteur et la saveur exubérantes, le vieux Bruges au goût fort.

7° Je vous laisse carte blanche pour parler d'un(e) Belge que vous souhaiteriez mettre à l'honneur.
Ilya Prigogine et Georges Lemaître : deux hommes de sciences de réputation mondiale. J'ai eu l'occasion d'assister à une conférence de Ilya Prigogine à Charleroi. C'était un philosophe et un homme qui parvenait, grâce à l'emploi de métaphores, à mettre ses propos à la portée de son auditoire.

8° Votre souhait pour la Belgique?
Qu'elle demeure unie, qu'elle progresse vers une plus grande confiance en elle-même, que les pessimistes et extrémistes mettent la pédale douce.

4 commentaires:

Edmée De Xhavée a dit…

Voilà une interview qui nous promène, nous régale de délices locaux, et souligne bien des raisons que nous avons, comme Micheline, d'aimer notre pays et de vouloir le garder. Petit pays deviendra grand si Dieu lui rend le calme...

Micheline a dit…

Merci au Petit Belge pour la pertinence de ses questions.

Dans mes réponses, j'ai essayé de faire passer le plus possible de moi-même !

Bob a dit…

J'adore des wallonnes comme Edmée, Micheline etc... car elles incarnent la Belgique que j'aime: ouverte, intelligente, généreuse...

Mais on voit bien dans le même temps qu'elles ne vivent pas à Bruxelles ( encore que Charleroi...)et lisent ou regardent peu les medias flamands.

J'ai entendu hier sur VTM une interview de Baert De Wever, honni sans nuances par l'ensemble de la presse francophone, un constat douteux, non ? Les journaux ne devrait-il pas informer avant de propagander ? Si vous lisez un jour le Standaard et le lendemain De Morgen, vous aurez une bonne vision démocratique de ce que pense la droite et la gauche au nord du pays.En francophonie, tout est laminé par la gauche et on est obligé de lire un feuillet ultra ocnfidentiel comme Père Ubu, pour avoir une vague idée de ce que pense la droite.

J'en reviens à Baert De Wever qui rappelait cette anomalie et poursuivait en posant quelques questions.

Va t-on oui ou non reconnaître les frontières de la Flandre ( fixées depuis longtemps par la Constitution )?

Les politiciens francophones vont-ils oui non accepter qu'en Flandre ce sont les règles flamandes qui comptent ?

Les politiciens francophones vont-ils oui ou non, continuer à nous imposer une politique dont nous ne voulons pas, notamment en matière du contrôle du chômage et d'immigration ?

Voila 17 mois qu'ils tournent autour du pot sans répondre clairement, parce qu'en fin de compte ce statut-quo les arrange, alors que, faut-il le rappeler, ils sont minoritaires dans le pays. Bruxelles contenant par ailleurs déjà plus d'étrangers non francophones que de belges !

En fait poursuit le président de la N-VA, quand on lit les médias francophones, on, voit très bien que les partis francophones font comme s' ils allaient finir par obtenir le rattachement d'une partie du territoire flamand à la francophonie... à savoir les communes à facilité. Alors que les flamands ne l'accepteront jamais.

Pas un mot sur ces questions simples, directes et claires dans la presse francophones. Oui-mais, mais-oui, peut-être, c'est à voir... tout ce qu'on veut, sauf une réponse claire et une explication claire de ce que disent ,écrivent et pensent les flamands.

En fait les wallons ne sont pas informés.

C'est pour ça que la N-VA quitte les négociations. Parce que les élections approchent ? Oui aussi. Mais pas seulement ! Aussi et surtout parce que d'un côté il ya des gens qui veulent modifier l'état et de l'autre des gens qui font semblant.

Une étude de l'Université de Gent à a déjà calculé que les chrétiens démocrates perdraient 20% de leur électorat en larguant la N-VA.

N'oublions pas au passage que si les nationalistes flamands se regroupent un jour avec De decker et le Belang ( et on fait tout pour ça ), ils formeront le premier parti de Flandre. Il sera alors impossible de gouverner sans eux...

Les bourgeois francophones de Bruxelles ( ceux qui n'ont pas encore fuit la Capitale )ont compris depuis longtemps et envoient leurs enfants dans les écoles flamandes où les files d'inscription sont interminables. Non pas seulement pour y apprendre la seconde langue, mais parce que la discipline y est stricte, et qu'on y bannit les foulards.

Je puis vous assurer en outre, pour l'avoir vérifié avec mon fils, que le programme d'une première moderne flamande équivaut à celui d'une deuxième francophone, ni plus ni moins ! Un an d'écart !

Et beaucoup craignent que cette disparité ne s'accroisse encore dans les dix ans à venir.

Je suis bilingue, ma langue maternelle est le français et je l'aime avec ferveur. Mais quand une voiture fonce droit dans le mur, il n'est pas interdit de crier 'Attention'.

Louis a dit…

Évidemment, Micheline nous laisse entrevoir un petit coin de sa Belgique.

On retrouve bien ses descriptions des plats qu'elle apprécie et qui nous mettent l'eau à la bouche !

J'étais avec elle à cette fameuse conférence de notre Prix Nobel Ilya Prigogine. Un grand souvenir... Un grand Belge...