vendredi 18 juillet 2008

Interview de Luc Van der Kelen dans Sud Presse

Luc Van der Kelen, le célèbre éditorialiste du "Het Laatste Nieuws", a accordé une interview ce 16 juillet aux quotidiens du groupe Sud Presse :

"L'échec sur l'institutionnel, c'est vraiment la préoccupation première des Flamands?
- Mais non! Au bistrot, au supermarché, en rue, au sport, personne ne parle de BHV ou de la réforme. Les gens s'en moquent! Ce qui les intéresse, ce sont leurs problèmes quotidiens. Même mon épouse m'a lancé qu'elle n'irait plus voter. Les Flamands n'ont plus confiance en la politique. Ils ont compris qu'ils ne sont plus écoutés.
- A cet égard, la démission de Leterme vous a-t-elle surpris?
- Pas la démission en tant que telle, puisque nous savions la situation difficile. En revanche, le moment choisi est surprenant. Là, à 23 heures, au terme d'une journée de négociations...
- Que s'est-il passé, selon vous?
- Le CD&V n'a pas suivi l'agenda d'Yves Leterme, avec le volet socio-économique d'abord. Le parti a fait trop de promesses au lendemain des élections, au point d'en être prisonnier. Aujourd'hui, nous assistons à une fuite en avant du CD&V.
- C'est la troisième fois qu'il jette l'éponge. La dernière?
- Un jour ou l'autre, il faut se rendre compte que çà ne va pas. Ce jour est venu. On peut commettre des erreurs parce qu'on est inexpérimenté. Mais là, cela fait 400 jours que nous avons voté. A ce stade, le CD&V ne peut plus rejeter la faute sur les autres.
- Justement, tous les regards se braquent sur Leterme. Est-il le seul fautif?
- Dès le départ, ses relations avec les politiques, les médias et la population francophones n'ont pas été teintés de confiance. Reynders et Maingain ne sont pas tout blancs non plus. Mais c'est toute la génération de Leterme au CD&V qui est responsable. Ils ont utilisé la NVA pour revenir au pouvoir en battant campagne sur la radicalisation régionale. Depuis les élections, les démocrates-chrétiens en sont les otages.
- Et maintenant, que fait-on?
- Si on veut être réalistes, il faut conclure que la réforme institutionnelle est nécessaire pour avoir un Etat plus gérable, plus clair. Mais si on veut la réaliser sérieusement, il faut du temps, deux ans par exemple, et des gens comme Jean-Luc Dehaene ou Guy Verhofstadt. Mais dans l'immédiat, il faut enfin gouverner le pays.
- Avec quel premier ministre?
- Il reste des gens aptes parmi les CD&V, comme Vandeurzen ou Van Rompuy. Verhofstadt? Impossible. Les libéraux flamands ne sont que le quatrième parti au nord. Reynders? Pour la Flandre, c'est possible. Mais je doute que les socialistes francophones acceptent, à moins d'un an des élections régionales. D'autant qu'au lendemain des élections, Reynders a affirmé qu'il comptait sur l'orange bleue et ne voyait une réforme qu'après l'échéance de 2009".

4 commentaires:

Youri a dit…

TANT QU'A FAIRE UNE REVUE DE PRESSE, FAITES LA CORRECTEMENT ET NE CHOISISSEZ PAS UNIQUEMENT CE QUI VOUS CONVIENT.

Revue de la presse vendredi 18 juillet

Quotidien le Monde fr

Philippe Moreau-Defarges, chercheur à l'IFRI
Belgique : "L'intégration européenne a un effet désintégrateur sur les Etats"
LEMONDE.FR | 18.07.08 | 20h01

http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/07/18/belgique-l-integration-europeenne-a-un-effet-desintegrateur-sur-les-etats_1075046_3214.html#ens_id=926038

http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/07/18/albert-ii-refuse-la-demission-d-yves-leterme_1074687_3214.html#ens_id=926038

Quotidien le Figaro fr

http://www.lefigaro.fr/international/2008/07/18/01003-20080718ARTFIG00005-yves-leterme-devrait-rempiler-une-quatrieme-fois-.php

http://www.lefigaro.fr/international/2008/07/19/01003-20080719ARTFIG00208-les-germanophones-belges-forces-de-s-impliquer-dans-la-guerilla-communautaire-.php

Quotidien Libération fr

http://www.liberation.fr/actualite/monde/339733.FR.php

SOUS PEINE DE DESINFORMER VOS LECTEURS.
Si les liens ne fonctionnent pas, je suis pr^t à vous gratifier des textes complets...

belgium4everman a dit…

@ Youri, vous critiquez le Petit belge d'avoir choisi un texte qui lui convient mais vous nous proposez des textes qui viennent uniquement de journaux français (bien connu pour avoir, dès les premiers jours de la crise, accentué les choses, comme la plupart des médias internationaux).

Youri a dit…

@ Belgium4everman;

Intéressante votre intervention !!!!

Simple question:
Quel intérêt aurait la presse étrangère à accentuer la crise belge ?????????????????????????
J'attends votre réponse......
Sincèrement, quel intérêt ??????

La presse étrangère en fait, n'est pas inféodé à un certain pouvoir belgicain ni à ce que ses lecteurs nostalgiques d'une certaine Belgique ont envie de lire.
Elle a donc le mérite de la neutralité donc de la réalité contrairement à la presse de notre pays.

Et puisque vous y allez de votre grain de sel, permettez-moi de demander pourquoi le PetitBelge ne publie qu'une intervention journalistique flamande un rien tempérée et pas toutes celles qui vont dans l'autre sens à savoir celui que les beste vrienden ont envie de lire et de vivre: le sens du séparatisme ou en tout cas de la haine, de la hargne contre les Francophones du pays.

Tiens,Everman, "Le vif-l'express" a publié la semaine dernière d'excellentes pages relatives à l'enseignement de l'histoire de la Belgique tel qu'on le pratique au nord du pays.
Edifiant !!!!! je vous en conseille la lecture attentive.

Cela devrait peut-être vous permettre un autre regard sur l'avenir du pays à moins que votre aveuglement soit tel qu'il vous impose maladivement de ne pas voir clair et de défendre contre vents et marées du nord une thèse en laquelle vous êtes Dieu Merci de moins en moins nombreux à croire.

Le réveil sera vraiment pénible pour vous.

belgium4everman a dit…

@Youri : la presse étrangère comme toute presse cherche le sensationnalisme à cause de la chute des ventes. Durant les dernières échaufourées dans les cités en france la CNN parlait de "révolution" et de "guerre civile" ...