samedi 26 juillet 2008

Charlotte Baut (RTL-TVI) et la Belgique

N'en déplaise à certains, de plus en plus de personnalités expriment dans la presse leur attachement à la Belgique. Dans le "Paris Match" de ce 24 juillet, c'est au tour de l'animatrice française Charlotte Baut (RTL-TVI) qui vit et travaille depuis 2001 en Belgique :

"J'adore la Belgique et je suis d'ailleurs très inquiète, car nous bénéficions ici d'un confort de vie que les Parisiens soupçonnent de plus en plus. Ils sont donc sans cesse plus nombreux à me rejoindre, ce qui pourrait expliquer qu'on est de moins en moins aimable dans certaines boutiques!! Je regrette d'ailleurs votre excès d'humilité et le manque d'ambition qui peut parfois y être lié. J'entends que la Maison Delvaux fait son entrée sur Paris cet automne chez Colette. Pourquoi n'a-t-elle pas franchi le pas avant? Delvaux symbolise un artisanat haut de gamme, précieux, avec des séries limitées ; les Parigots vont adorer! De même, Edouard Vermeulen est le prince de l'humilité. Comme Pierre Marcolini. Ce sont des gens exemplaires : ils restent modestes alors qu'ils ont bâti un empire. Ils n'ont plus rien à prouver mais sont généreux. J'aime aussi beaucoup Bruxelles pour ses hôtels de maîtres. Votre pays possède des richesses infinies. Je m'inquiète forcément pour son avenir. Une séparation serait tragique. S'il le faut, je suis prête à apprendre le néerlandais. Mais, à part ici, je ne sais pas à quoi sert cette langue. Son apprentissage est préconisé à RTL-TVI. Fabrice Grosfilley, notamment, qui est français, suit des cours de flamand depuis des mois. Mon assistante également (...) J'apprécie de plus en plus les jeunes créateurs belges, dont Nicolas Woit. Certains réalisent des trucs incroyables. Il vaut mieux faire émerger ces nouveaux créateurs que de soutenir des marques qui n'en ont pas besoin. Jean-Paul Knott est un génie. On trouve aussi beaucoup de directeurs artistiques belges dans les grandes maisons de couture. J'ai découvert récemment que Diane von Fürstenberg est belge".

Par ailleurs, merci à Edmée de m'avoir fait connaître www.artistesbelges.be qui permet à des artistes belges de disposer gratuitement d'un petit site Internet et d'être ensuite repris dans une banque de données sur le site principal.

4 commentaires:

Youri a dit…

Il faut rassurer cette dame Charlotte.
Quand la Belgique éclatera, les caractéristiques belges ne disparaîtront pas pour autant. Les Alsaciennes, les Savoyardes, les Bretonnes .... ont-elles disparu ???
Ce ne sera pas la catastrophe que certains belgicains déjà nostalgiques veulent bien décrire.
On ne va pas raser les hôtels de maître (malgré une époque "brusselisante" heureusement révolue où il était de bon ton de tout casser pour reconstruire du hideux - Merci aux maires de Paris d'avoir conserver les oeuvres de Haussmann).
Marcolini et Delvaux ne feront pas faillite pour autant. On continuera à manger des frites, des caracoles et on pourra encore dire septante et nonante...
Avantage pour la dame Charlotte: si elle attend encore un peu, elle ne sera même pas obligée à apprendre le Flamand dont elle "avoue" d'ailleurs ne pas trop savoir à quoi ça sert.
J'apprends avec intérêt que la dame et Grosfilley sont Français. Voici donc des Français qui viennent en rejoindre d'autres déjà assez nombreux à la Rtbf.
Il faut d'ailleurs se demander pourquoi on fait appel aux Français pour animer ou diriger nos media si la Belgique offre assez "d'opportunités" en son sein... Question posée ... je crois avoir la réponse mais n'en suis pas certain.
Mais le principal est que nous nous francisions chaque jour un peu plus. C'est le retour logique à nos origines.
La transition se ferait-elle en douceur ???

belgium4everman a dit…

Retour à nos origines ??? nous n'avons été français qu'après l'invasion de Napoléon. Nos orginies sont plutot Espagnol-autrichienne-hollandaise pour une grande partie de la Belgique et Germanico-wallone pour la principauté de Liège.
C'est la bourgeoisie Flamande qui nous à francophonisé (et non francisé)

Youri a dit…

@ 4everman

Jouez sur les mots si vous le voulez.

Je vais donc ajouter que vous aviez très bien compris ce que je voulais écrire: la réunion de la partie Francophone belge à la Francité afin de créer (enfin) une unité cohérente.
La langue, la culture sont des facteurs d'unification. Et pour grandir, les peuples doivent être unis de manière cohérente.

Soit dit aussi en passant qu'il est intéressant de constater aussi que TOUS les pays pluri-culturels, pluri-linguistiques qui ont été créés artificiellement par des grandes puissances à des fins géo-stratégiques ont disparu de la carte. Ne reste que la Belgique en fait. Pour un temps.
Il en est ainsi de la Tchécoslovaquie, de la Yougoslavie, des Pays-Baltes....
Ce fait est pour moi révélateur qu'il ne faut pas aller dans un sens "contre-nature".
Ce que fit le Traité de Vienne en créant une Belgique artificielle multiculturelle (où venait de plus se greffer le problème religieux dont on s'est affranchi en 1830).

Quant à votre affirmation à propos de la bourgeoisie flamande, laissez-moi sourire.
Une bonne part d'une certaine noblesse européenne parlait le Français en usage courant. Même à la cour du Tsar, c'était le langage usuel. Léopold de Saxe-Cobourg Gotha parlait parfaitement le Français avant son parachutage à Bruxelles.
Il était donc de bon ton d'imiter cette noblesse: c'est ce que faisaient les bourgeois, fussent-ils flamands, russes ou autres.
La langue française s'est donc progressivement imposée en remplacement des dialectes mais qui en Wallonie étaient issus comme en France du latin.
Nous parlons de culture, rappelez-vous.

Bien à vous.

belgium4everman a dit…

absolument d'accord avec vous sur la bourgeoisie et ses relations avec le français mais ça ne change pas mon argument.
Il existe de très nombreux pays pluri-langues qui ne correspondent pas à votre définition ou si ils correspondent sont loin d'être éffacés de la carte : Luxembourg, Suisse, Canada, Brésil, Inde, Espagne, Finlande, Afrique du Sud, etc...
Je ne joue pas sur les mots, vous avez vous même parlé d'origines. Je le répète, la Belgique n'a jamais fait partie de la France (sauf Napo et sauf la Flandre quelque part dans le moyen-âge) et si le français n'avait, par hasard, pas été la langue de la bourgeoisie de l'époque (cette meme bourgeoisie qui était au sommet de Vienne), nous n'aurions pas LA MOINDRE de raison de se sentir plus français que belge.

En tout amitié :)