jeudi 11 février 2010

Carte blanche sur la Belgique

Voici la carte blanche de Baudouin de Callatay, ambassadeur honoraire de Belgique, publiée ce 5 février 2010 dans le journal "La Libre Belgique" :

Notre pays est un membre important de l'Union Européenne. La Belgique ne doit donc pas jouer profil bas. Nous contribuons aux institutions mondiales, à la coopération, aux efforts militaires de par le monde. C'est un lieu commun de dire que la Belgique est un petit pays. Chacun en Belgique partage cet avis de bonne foi comme étant une évidence. Même les Belges les plus attachés à leur pays répètent ce lieu commun. Nos hommes politiques n'ont jamais été en reste à cet égard. Surprise, tout récemment, notre premier ministre a déclaré que la Belgique n'était pas un petit pays. Il a pleinement raison et voici pourquoi.

Essayons tout d'abord d'évaluer le "poids" de la Belgique parmi les 27 pays que compte l'Union Européenne. Les paramètres traditionnels de base pour ce faire sont la population et la superficie. En population, 14 pays de l'U.E. sont moindres que la Belgique. Quatre ont une superficie équivalente et huit seulement sont plus nombreux. Déjà ici, le concept de "petite Belgique" est erroné. En superficie, il est vrai, notre pays n'est pas fort grand. Cette caractéristique confère toutefois à la Belgique et dans son cas à elle une position tout à fait centrale au carrefour des trois grands pays de l'U.E., à savoir la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, et au carrefour de quatre grandes cultures si l'on ajoute les Pays-Bas.

Dans un monde qui se développe toujours davantage en termes de service, il y a bien d'autres paramètres qui entrent en jeu, des paramètres politiques, économiques, financiers, de niveau de vie, qu'il serait fastidieux d'énumérer ici. Disons seulement qu'avec ces paramètres, la Belgique se situe très bien au sein de l'U.E. Ajoutons encore ceci. D'abord, la Belgique est un pays fondateur de l'U.E. et elle en possède à ce titre un grand savoir-faire. Ensuite, la Belgique est le siège principal des institutions européennes, ce qui veut dire très concrètement que quasi tout Européen travaillant pour la cause européenne, vit à Bruxelles ou, du moins, s'y rend très souvent. Enfin, cette immense richesse d'être un pays qui connaît à la fois la culture latine et germanique fait de la Belgique un naturel go-between parmi les pays de l'U.E. Il en découle que la Belgique apparaît comme une sorte de symbole de l'Europe et la nomination d'Herman Van Rompuy comme premier président de l'Europe en est l'exemple éclatant.

La Belgique ne doit donc pas jouer profil bas. Notre pays est un membre important de l'U.E. Parmi les 27 pays qui la composent, il n'est pas exagéré de dire que nous nous trouvons parmi les pays qui suivent de près les trois grands pays de l'U.E. En termes diplomatiques quotidiens, cela veut dire que tout délégué belge qui siège dans une des très nombreuses réunions des 27 qui ont lieu si souvent et sur tant de sujets, peut garder la tête haute. Au niveau mondial, par exemple aux Nations Unies à New York, la même constatation peut être faite. Pensons ici à notre contribution aux institutions mondiales, à la coopération, aux efforts militaires de par le monde. La Belgique se trouve dans les 25 ou 30 pays qui comptent.

Mais alors, pourquoi ce complexe, cette impression récurrente d'être petit, cet auto-dénigrement, cette modestie? Cela vient de différents facteurs et chacun aura son idée là-dessus. Disons ceci. Au carrefour des trois grands pays européens déjà cités, la Belgique peut effectivement apparaître petite dans cette optique. Il y a nos querelles communautaires qui laissent une impression de faiblesse. Il y a notre méconnaissance de l'histoire, notre absence de chauvinisme, notre absence de fierté et de consensus national qui ont comme conséquence que ce sont les autres qui en imposent.

Pour l'observateur non averti, la Belgique apparaît comme une anomalie, un endroit sans couleur, restée par hasard en rade de l'histoire dans les marges d'autres pays, sans identité précise par rapport à ses voisins qui, eux, en ont une bien définie. Qu'en est-il de notre histoire, de notre identité nationale? C'est une question importante car l'image que l'on en a forge à la longue l'âme des peuples et des gouvernants et nous situe dans l'espace et dans le temps.

Quand on voyage à travers l'Europe et que l'on considère les 2.000 ans de notre ère et cela avec l'oeil d'un Occidental, il apparaît vite que le coeur du continent européen, dans le sens où c'est là que passe le maximum de l'intensité des échanges de toute nature, économiques, politiques, diplomatiques, militaires, commerciaux, culturels, humains, religieux, que ce coeur se situe dans ce vaste territoire qui comprend actuellement la France, le monde allemand, l'Italie septentrionale et les trois pays du Bénélux. Ce n'est pas un hasard si ce territoire est à peu près le même que l'Europe de Charlemagne et aussi celui des débuts de la construction européenne dans les années 50.

Il est remarquable de constater que, dans ce vaste territoire dont trois grands pays actuels (France, Allemagne et Italie) ont émergé au cours de l'histoire, les Pays-Bas historiques, à savoir la Hollande au nord et la Belgique au sud, ont su garder une très grande spécificité. N'est-ce pas parce que ces Pays-Bas historiques ont une telle valeur tant politique, économique que culturelle? Dans le livre "Voyage historique et pittoresque dans la Belgique" du début du XIXème siècle (qui comprend la Belgique actuelle et un peu du nord de la France), notre pays est porté au pinacle. Parmi un florilège de qualités, il est dit entre autres que "la Belgique est le pays le plus peuplé, le plus riche et le plus florissant de l'Europe entière".

Décidément, la Belgique n'est pas petite, ni en population, ni dans le concert européen, ni dans le concert mondial, ni par son histoire, ni moins encore par sa culture. La Belgique est certainement l'un des pays où l'on trouve la plus grande densité culturelle en Europe. Et qui dit culture, dit qualité de vie et niveau de développement. On dit également souvent "petites gens, petits Belges". Qu'en est-il? Sommes-nous incolores, petits, sans identité par rapport à nos voisins? Pourquoi alors un Belge a-t-il été choisi pour être le premier président de l'Europe? Pourquoi si souvent le Belge est-il le candidat idéal pour d'importants postes internationaux? Herman Van Rompuy a beaucoup de qualités : sérieux, travailleur, modéré, grande intelligence, sans bling bling, authentique, vrai, discret, le savoir-faire et le savoir-taire, irréprochable, ayant des convictions fortes, sans chauvinisme, dévoué à la chose publique tout en cultivant d'autres valeurs? Est-il exagéré de dire que l'on y retrouve bien des qualités typiquement belges? Alors, un grand merci Monsieur Van Rompuy. Vous illustrez combien les qualités belges sont appréciées chez les observateurs avertis. Et en même temps, vous illustrez qu'en politique, ce n'est pas nécessairement l'image, le parler fort et vide, l'arrogance, le bling bling, la démagogie, les frasques, l'aspect people qui génèrent le respect pour l'homme politique. En fin de compte, la Belgique et le Belge ont bien tort de se dénigrer à plaisir.

Baudouin de Callatay, ambassadeur honoraire de Belgique

16 commentaires:

♠ ♠ ♠ Nancy ♠ ♠ ♠ a dit…

*** Merci Petit Belge de nous offrir la lecture de la carte blanche de Baudouin de Callatay... très intéressant. Bises et bonne soirée en Belgique ! :o) ***

youri a dit…

J'avais lu cette carte blanche dans La Libre.
Je m'étais dit que Petit belge allait certainement la "copier-coller" pour alimenter son site.
Voilà qui est fait.

La sortie de ce Monsieur lui a valu une volée de réactions d'internautes.
Une franche majorité d'entre eux contredisait nettement l'argumentation de De Callatay et ce de manière très pertinente.

Il est dommage que vous publiez cette carte blanche si tard car vos lecteurs n'auront plus le loisir de prendre connaissance des arguments contraires à ceux énoncés par ce monsieur.
J'ai en effet cherché à retrouver cet article dans La Libre mais sans succès.
Si vous avez l'adresse, l'honnêteté intellectuelle commanderait que vous la communiquiez à vos lecteurs afin qu'ils puissent se faire une juste opinion et ne gobent pas béatement l'énoncé de ce monsieur.
Merci d'avance.

Anonyme a dit…

老天爺賦予了強者的能力,就是要他比弱者多擔待 ..................................................

Anonyme a dit…

Bonjour Petit Belge,
Puisque vous me demandez de vous tutoyer, je te tutoie.
Je trouve que cette carte blanche est parfaite, et ce que peuvent en dire les autres, m’indiffère.
Cette réflexion sur les Belges et la Belgique, je me la suis souvent faite. C’est un Pays à part entière, peuplé de gens souvent très grands par le talent ou les qualités de cœur.
(Par parenthèses, je ne suis pas moitié Belge moitié Française, car j’ai un peu de sang de la Catalogne dans mes veines et je ne sais lequel me fait parfois voir rouge. Comme mes parents vivaient en France, j’ai par la force des choses la nationalité française.)
J’ai vécu longtemps en Bretagne, dans le Morbihan. Si je parle ici de la Bretagne, ce n’est pas une digression, mais un rapprochement. J’ai entendu bien des fois, surtout chez les anciens, dénigrer ou rabaisser le Pays et ses habitants. Certains avaient presque honte d’être Bretons. Cette carte blanche, montre qu’il ne faut jamais se rabaisser, se minimiser, s’amoindrir. Il faut utiliser le qualificatif de « petit » comme un terme affectueux. Comme tu es un grand belge bien sympathique, je continue donc à t’appeler : Petit Belge.

Edmée De Xhavée a dit…

Oh Youri, il n'est jamais difficile de contredire, et il y a des gens dont c'est le passe-temps. Ne rien dire de nouveau mais contredire tout ce que les autres émettent.

Il y a probablement des points discutables dans ce billet, surtout pour les discutailleurs. Mais il est excellent. Combien de "grands Belges" de par le monde. Et je pense que la modestie des Belges est aussi part de leur grandeur. En effet, pas de chauvinisme lassant, et une modestie d'écoute.

Je suis fière de la Belgique comme je le suis de ma famille.

Bravo pour avoir publié cet article que je n'aurais pas lu autrement!

Josiane a dit…

très belle description de notre cher pays. En te souhaitant un bon week end petit belge et surtout un peu moins glacial !!!

Un petit Belge a dit…

Youri, il suffit de taper "Belgique" dans le moteur de recherche du site Internet du journal "La Libre Belgique", et vous trouverez très facilement cet article.

chalixanora a dit…

Bonjour Vincent
Un très bel article sur notre petit pays , dont nous pouvons être fier!!
Une très bonne soirée et bo weekend
Christiane

Youri a dit…

Merci petit Belge.
J'avais tapé "de callatay" sans succès.
Je vais d'abord répondre à la dame bretonne en lui disant qu'elle se trompe lourdement. Je suis très fier d'être Wallon mais j'estime que la Wallonie n'a plus sa place dans un pays nommé "Belgique" (Belgïe-que ?) dominé et géré par la Flandre au nom de sa majorité. La Wallonie a été spoliée par les gens du nord qui sciemment l'ont menée là où elle se trouve aux fins d'avoir la suprématie économique. Je pense avoir déjà énuméré les méfaits qui ont généré le fait que ma région n'ait pas pu se redresser comme elle l'aurait voulu dès les années 60.

Quant à Edmée, j'aimerais vous dire qu'il est facile, à distance, de surfer uniquement sur une vague de nostalgie belgicaine. Je vous engage d'analyser froidement la situation si vous êtes capable de vous libérer des a-priori et de vos madeleines de Proust.

Je livre à votre sagacité quelques réflexions émises par les lecteurs de la libre suite à l'article commis par De Callatay.

*V.D.V. - Grivegnée
"La Belgique n’est pas un petit pays"

En Belgique, le prix du kilowattheure d'électricité est parmis les plus chers d'Europe... (En France parmis les moins chers).

En Belgique, les voitures, les carburants sont les "vaches à lait" de l'Etat.

En Belgique, une volonté politique impose des charges énormes sur le travail et sur ceux qui vivent de leur travail.

Nous avons le système politique des "amis des amis à tous les étages", le Parti (socialiste). Une institution depuis des décennies en Wallonie.

La distribution "entre amis", fils et filles de untel ou untel du parti untel, des (meilleures) places... Et aussi sur les listes électorales...

Clans, baronnies locales, népotisme, cumulards... Une stratégie qui paie.

C'est un grand pays ?.

*Pierre@s - Belgique

La Belgique a été créée à des fins géostratégiques particulièrement en réponse aux idées de grandeur napoléoniennes.
Elle fut donc au départ un rempart contre la France voulu par la Prusse et l'Angleterre.
Notre éducation s'est toujours faite depuis lors en opposition à la France et nos maîtres étaient fiers de signaler que le lion de Waterloo (coulé dans le bronze des canons français) est dirigé vers la France à qui il montre ses crocs virils.
La lecture de cet article prouve que Mr De Callatay se doit encore de se rassurer et doit se prouver sa grandeur et sa fierté d'être belge.
Et hop, un petit laïus mielleux pour Van Rompuy (gageons que si De Wever ou Dedecker avait été pressenti par l'Europe, ils auraient aussi été encensés comme très bons belges)...
Et hop, quelques salves ironiques dirigées vers un certain président d'un pays voisin (toujours le même)....
Monsieur Decallatay est effectivement un petit belge typique.

(....)

Youri a dit…

(....suite....)

*alexdela - France

"Pour l’observateur non averti, la Belgique apparaît comme une anomalie, un endroit sans couleur, restée par hasard en rade de ....."

L'observateur averti, lui, sait que l'impression de l'observateur non averti est malheureusement exacte.

Il faut en outre ajouter que ce petit pays coûte très très très cher à l'entretien à chacun de ses citoyens au travail.

*DémocratieWallonieBr - Tournai

Les arguments avancés sont, en réalité, très bien connus!!!!! La Finlande, le Luxembourg, etc. sont évidemment plus petits que nous dans un Atlas. Etant enfant, j'ai fait ce classement.
Bien sûr, nous avons eu la chance d'avoir quelques individualités, qui bien éduqués, ont fait de belle carrière internationale. Mais n'emportant pas avec eux le pouvoir d'un Etat. Juste une influence toute relationnelle, mondaine ou socio-réticulaire.
Je passe les lectures enchanteresses qui sont faites de l'histoire (Charlemagne et tout çà)... un brin discutable... Du Pirenne à peine revisité....
Mais enfin!!!!!! Pourquoi toujours éprouvé le besoin de faire ce genre d'appel grandiloquent à LA Belgique?
Imagine-t-on un seul instant ce genre d'article d'un Français dans le monde?
En dépit de tout ce que vous dites, il manque des choses... BEAUCOUP! Sinon nous en serions pas là...

*Jihemté - Chaudfontaine

"Sommes-nous incolores, petits, sans identité par rapport à nos voisins, pourquoi alors un Belge a-t-il été ......"

Je crois justement que Van Rompuy a été désigné pour son manque de caractère et de charisme (apparant). Les grands états de l'UE ne souhaitaient pas placer un poids lourd de la politique. L'histoire nous dira s'ils se sont trompés


*John Doe - Belgique

Ce n'est pas en pratiquant la méthode Coué qu'on changera quoi que ce soit au fait que la Belgique est, effectivement bien petite dans bon nombre de situations.
Nous avons la plus "grande"administration au monde par rapport au nombre d'habitants, ça oui!
Nous avons la plus "grande" classe politique qui représente tout, sauf de la grandeur.
Nous avons la plus "grande" facilité à dilapider les fonds publics, et la plus "grande" incapacité à gérer correctement un mouchoir de poche.
Nous avons aussi la plus "grande"propension à nous auto-congratuler, et nous satisfaire de la médiocrité de ceux qui nous représentent.
Au pays de aveugles, les borgnes sont rois!

*teckil - Uccle

Pourquoi nous "voilons-nous" la face quand il s'agit de revenir à la faute initiale ?
Je ne reviendrai pas sur le passé "historique"dela naissance (??) de ce pays.
Je viens sur ce qu'il s'est passé au début des années '70 dans la foulée des années '60. La Belgique a dit ses derniers mots lors de l'expulsion des étudiants (multilingles) de LEUVEN. La Flandre en a décidé avace la bénédiction de l' évêque de Bruges ! LOUVAIN-LA-NEUVE a ensuite vu le jour.
Aujourd'hui, la Flandre s'intéresse à Bruxelles parce que la sécurité est menacée.
Le problème, dès l'ORIGINE, c'est que nous, Bruxellois, avons accepté que Bruxelles soit la Capitale de la Flandre (des multiples flandres). Une Capitale en-dehors de "ses frontières".... En France, en Espagne, en Italie, j'évoque ce fait "historique". Le "Lion flamand de la NVA" présent sur toutes les arrivées sportives est un vecteur qui porte ! En France, "ces gens-là" forcent des spectateurs à "prendre ce drapeau" pour être vus à la télévision.

*TitiSyrus - Laeken

Ceci était un message du bureau de propagante belgo belge ...

Vous ne voulez pas voir la vérité en face ... la chute va faire mal !

*dehaene - Bressoux

Le problème , ce n'est pas que la Belgique
soit un petit pays ( car c'est un endroit plutôt
sympathique ), c'est que n'en est plus du tout
un.....

Cristina a dit…

Merci pour la Belgique!!!
Très bonne fin de semaine, Vincent.

célestine a dit…

Un article et des commentaires fleuves qui m'ont donné envie de me documenter un peu plus précisément sur la géopolitique belge...J'avoue à ma grande honte ne pas saisir toutes les finesses des arguments pour et contre. Pour et contre quoi, d'ailleurs? Me voilà un peu plus au fait des déchirements entre communautés linguistiques, mais vu de l'extérieur, cela reste confus. Comment une nation peut-elle se former de manière cohérente sans unité linguistique? Je sais, c'est une question bête, une question de profane candide...

Delphine a dit…

Bonsoir Petit Belge, entre le chinois qui ne dit rien (tu le comprends???) et Youri qui s'exprime avec conviction (quel prosélyte!), on ne s'ennuie pas chez toi. Je te souhaite une excellente soirée et te remercie pour tes passages chez moi.

Anonyme a dit…

Monsieur Youri : votre prénom est Russe je crois ?
Est-ce moi que vous appelez la dame bretonne ? Si c’est le cas, sachez que je ne suis pas Bretonne. Ce n’est pas le fait d’avoir vécu dans le Morbihan, qui fait de moi une Bretonne.
Par contre, je suis un peu Wallonne, un peu Flamande, un peu Vendéenne et un peu Minorquine (île de Catalogne espagnole).
Ceci mis au point, et puisque vous vous adressez à moi, je vous dirais que vous êtes bien souvent « hors sujet » dans vos commentaires et que vous rattachez tout à vos idées. En vous lisant, j’ai l’impression que vous aimeriez que la Wallonie devienne une colonie française ? Si vous trouvez autant de qualités au régime de la république française, venez y vivre, y créer une entreprise, y être paysan, patron pêcheur etc. ! vous aurez vite fait de déchanter à moins que vous ne soyez vraiment de mauvaise foi. Je n’en dirais pas plus, et n’attend aucune réponse de votre part ! On passe à un autre sujet !
Excuse moi Petit Belge d’avoir fait encre une digression !
Florence

Delphine a dit…

Célestine, tu soulignes une des questions essentielles de nos difficultés: la Belgique présente à la fois deux, voire trois cultures que beaucoup défendent comme étant les seules(la presse flamande entre autre cultive cet esprit en ne parlant que de la Flandre et en gommant systématiquement le mot Belgique de ses articles) alors que la Belgique présente aussi une culture à part entière faite du mélange des cultures flamandes, wallonnes ou germanophones. Mais la situation est beaucoup plus complexe car elle relève également de deux régions qui présentent historiquement des développement économiques très différents. Mais PB en parlera beaucoup mieux que moi. Perso, j'ai habité en Flandre et ai été éduquée en français à la maison et en néerlandais à l'école, j'habite Bruxelles et m'exprime souvent en anglais avec les expats. Si on m'ôte la Belgique je deviens apatride: je suis un mélange de toutes ces cultures sans être ni wallonne, ni flamande ni germanophone...

Youri a dit…

FLORENCE,

Je crois que vous m'avez compris.
Je suis certain que vous n'avez pas compris que la wallonie a à soufrir du joug que la Flandre lui impose.
Comme vous avez la chance de vivre en Bretagne, vous pouvez donc savoir que cette région de France doit beaucoup à la Nation française.
En France, il me semble que le mot "solidarité" inter-régionale ait encore tout son sens. En Belgïe-que, il y a belle lurette que ce mot est désuet, oublié, enterré.
Pire, la Flandre se plaît à maintenir l'économie wallonne la tête sous l'eau. Et ce à des fins politiques.
Alors de grâce Florence, de loin, de votre Armorique, arrêtez de vouloir donner des leçons aux Francophones de Belgique qui tentent de trouver une solution qui leur soit profitable.
Me clamer de partir en France est le cri de ceux qui n'ont aucun argument valable à énoncer.
Amicalement.
Kenavo.