lundi 3 février 2014

Femmes Belges (8) : Marie Janson-Spaak, première parlementaire belge

Née à Bruxelles en 1873, elle est la fille de l'homme politique Paul Janson, chef de file du libéralisme progressiste. Eduquée dans un milieu bourgeois et intellectuel, Marie entre à l'école d'Isabelle Gatti de Gamond où elle obtient le diplôme de régente. Elle devient l'amie et la disciple d'Isabelle Gatti de Gamond, célèbre pédagogue et militante socialiste, qui exercera sur elle beaucoup d'influence. Elle épouse l'avocat et dramaturge Paul Spaak, avec qui elle aura quatre enfants.

Durant la première guerre mondiale, Marie s'occupe d'œuvres sociales et découvre la misère des familles défavorisées. Avec son plus jeune fils Paul-Henri, elle adhère au Parti Ouvrier Belge. Lors des élections communales de 1921, elle est élue à Saint-Gilles en région bruxelloise. Quelques mois plus tard, le conseil général du parti la choisit comme sénatrice cooptée, ce qui la fait entrer dans l'Histoire :  le 27 décembre 1921, Marie Spaak-Janson devient la première femme parlementaire en Belgique. Ce choix symbolique suscite de nombreuses railleries et on la surnomme "notre ménagère sénatoriale et nationale". Un hebdomadaire écrit à son sujet :   "Mme Spaak n'est qu'une fausse ménagère, une ménagère amateur, qui n'a jamais tenu dans ses blanches mains, ni la pelle, ni le balai, ni la loque à reloqueter, ni la lèche-frites et qui sait tout juste ce que c'est qu'un livre de comptes. En réalité, c'est une intellectuelle, une femme politique qui, sur ses affiches électorales, s'est intitulée ménagère, parce que c'est une étiquette qui, auprès de l'électeur conscient et organisé, fait presque aussi bien que celle d'institutrice ou de charmeuse".

Au Sénat où elle restera jusqu'en 1958, Marie accomplit avec sérieux un énorme travail qui sera respecté à sa juste valeur. Ses interventions concernent principalement l'enseignement, l'enfance, l'anti-alcoolisme et la condition féminine. Elle est l'auteur de plusieurs propositions de loi, notamment sur l'assurance maternelle, l'organisation d'un enseignement moyen du degré supérieur pour jeunes filles, le contrat de travail des gens de maison, une modification de l'Œuvre Nationale de l'Enfance et la création d'une université flamande à Gand. Avec Arthur Jauniaux, elle fonde le mouvement des Femmes Prévoyantes Socialistes qui existe toujours actuellement. Son fils Paul-Henri Spaak et sa petite-fille Antoinette Spaak feront également de la politique. Elle décède en 1960 à Uccle.

P.S. Ici s'achève cette série sur les femmes belges par peur de vous lasser, mais j'aurais pu encore continuer longtemps. Si vous êtes intéressé par ce sujet, je vous invite à lire "Dictionnaire des femmes belges (XIX et XXèmes siècles)", paru aux éditions Racine, qui présente plus de 400 femmes belges actives dans la politique, la résistance, la culture, l'économie notamment. Cet ouvrage démontre aussi le long combat de ces femmes pour obtenir des droits égaux à ceux des hommes.

5 commentaires:

.•♫•. Nancy .•♫•. a dit…

❀✻❀ ✰ ✰ ✰ ❀✻❀
Merci beaucoup pour ce partage autour des femmes belges !!! Une très jolie série !
Bises d'Asie vers la Belgique et bonne continuation !
❀✻❀ ✰ ✰ ✰ ❀✻❀

Henri a dit…

Vu mon grand âge, je m'intéresse à la bio de certaines familles. De PH. je me souviens, j'avais 9 ans en 1940. Et que devient Antoinette ?

Un petit Belge a dit…

Je crois qu'elle n'occupe plus aucune fonction politique, mais reste toujours membre du FDF où elle est souvent assise au premier rang lors des congrès. Elle garde le titre honorifique de Ministre d'Etat. Et on la voit régulièrement au bras d'Etienne Davignon, un autre Ministre d'Etat...

Tania a dit…

"Monsieur P. n'est qu'un faux expert, un expert amateur, qui n'a jamais tenu dans ses blanches mains, ni la pelle, ni le balai, ni la loque à reloqueter, ni la lèche-frites et qui sait tout juste ce que c'est qu'un livre de comptes. En réalité, c'est un intellectuel, un homme politique qui, sur ses affiches électorales, s'est intitulé expert, parce que c'est une étiquette qui, auprès de l'électeur conscient et organisé, fait presque aussi bien que celle d'instituteur ou de charmeur".

Petit exercice d'humour antisexiste pour saluer cette série. Bonne journée !

Edmée a dit…

J'ai aussi trouvé cette série très intéressante... pour les femmes en général, et parce qu'elles sont Belges!