lundi 27 mars 2017

Bruxelles, 22 mars 2016 : Osons la tendresse

Editorial des quotidiens du groupe Vers l'Avenir du 23 mars 2017 (suite aux commémorations du premier anniversaire des attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles) :

"Le temps des hommages. Le temps des discours. Des mots qui s'alignent. Simples. Evoquant le drame d'alors, cherchant l'espoir dans un futur meilleur. Des mots pour partager, des mots pour dire la douleur. Des mots d'amour, aussi. Et puis ce "Osons la tendresse" dans la bouche du roi Philippe. Petite expression qui fait mouche. Parce que face à la haine, face à la colère, cette tendresse apparaît comme un remède tellement évident. Oui, la tendresse, mot que l'on croyait passé de mode, un peu comme une chanson de Daniel Guichard. La tendresse?  "Un sentiment tendre d'amitié, d'affection, d'amour qui se manifeste par des paroles, des gestes doux et des attentions délicates" , nous dit le dictionnaire. Comment refuser cela, mais surtout comment partager cet idéal? Quelques heures plus tard, à la tendresse invoquée par le souverain belge, répondait déjà la violence au Royaume-Uni. L'émoi devant le Parlement, du sang, des cris. Les mots deviennent expressions d'angoisse et de peur. La douleur vive se superpose à la tristesse partagée. Le sentiment de l'éternel recommencement met à mal la résilience. La peur s'ingénie à rendre la fraternité obsolète. Dans le même temps, en Belgique, un groupuscule d'extrême-droite affirmait que le 22 mars devait être  "une journée de la colère contre l'idéologie dominante bobo-pleurnicharde". Ce discours haineux était aussi à cent lieues de celui de Philippe. Les mots de notre Roi étaient justes, parce que choisis dans le vocabulaire d'une humanité profonde. Opposer la haine à la haine, c'est poursuivre la sinistre besogne des terroristes, c'est alimenter les discours extrémistes, toujours en quête d'ennemis, en quête de cibles. Parce qu'il est trop souvent d'usage de donner la priorité au sensationnel, à l'explosion de violence, à la formule d'essence castagne, ne noyons pas cet "Osons la tendresse"  dans l'eau pestilentielle de ce bain où marinent violence, cynisme et manipulation. Oui, c'est un engagement royal qui peut surprendre, mais n'est-ce pas finalement la meilleure arme pour casser ces dynamiques nocives qui gangrènent nos sociétés? Oser ce qui nous réunit plutôt que ce qui nous divise. Oser ce qui nous rapproche plutôt que ce qui nous éloigne. Oser la tendresse?  Oui, Sire, définitivement". 

Thierry Dupièreux (quotidiens du groupe Vers l'Avenir)

11 commentaires:

edmeedexhavee a dit…

Oui... voilà pourquoi, aussi, j'aime avoir un Roi. Il peut se permettre de nous parler sans couleur politique, sans appeler à la vengeance, à l'assaut, l'abordage, aux abris... il nous parle de la réalité de la vie de tous, dans notre pays. Car la tendresse est ce qui approche une paume d'une épaule ou d'un front, qui amène un sourire, qui secours...

youri a dit…

C'est cher payé un roy uniquement pour pouvoir lire un discours qu'il n'a même pas rédigé soi-même. Fût-ce ce discours sans couleur politique.
J'ignorais tout même que la tendresse avait une couleur .
Mais je vous laisse chercher et évidemment trouver d'autres rôles indispensables au monarque de ce "pays".

Un petit Belge a dit…

Youri, les présidents de la République italienne ou allemande jouent le même rôle que notre roi, pour un coût identique. Tous les pays (république ou monarchie) ont des résidences d'Etat à entretenir, des réceptions officielles à organiser, des avions militaires à disposition du chef de l'Etat, des gardes du corps, etc. Quant aux dotations des autres membres de la famille royale, elles sont compensées par les avantages octroyés aux anciens présidents de la République. Donc, il n'y a aucune différence financière entre notre monarchie et une république.

youri a dit…

Vous n'avez manifestement pas encore compris ou vous refusez de comprendrez que la monarchie est un concept anti-démocratique et promeut certaines personnes selon le fait qu'ils sont nés dans un palais Royal.
Tous les belges ne naissent donc pas égaux devant malgré ce que la constitution veut nous faire croire.
La monarchie est un concept moyenâgeux.

Florence a dit…

Malheureusement, la tendresse est souvent à sens unique, et rarement payée de retour, du moins avec ces personnes qui ne savent même pas ce que sait que d'être tendre.

Merci pour ton com, c'est gentil de ne pas nous oublier ! Paul va un peu mieux, mais j'ai peur que la guérison totale avec la possibilité de reprendre le volant sans risque, soit longue à venir.
Bises bretonnes petit Belge et bon mois d'avril !
Florence

Un petit Belge a dit…

Réponse à Youri : de mon côté, je suis content de vous avoir fait comprendre que le coût d'une monarchie et d'une présidence était identique (ce qui était l'objet de votre précédent commentaire commençant par "C'est cher payé"). Je remarque que vous n'avez plus aucun argument sérieux à me répondre à ce sujet. Nous sommes donc d'accord.

Notre monarchie constitutionnelle est tout à fait démocratique. Contrairement à d'autres pays, ce sont les membres du Congrès National de 1830 (dont nous avons déjà eu l'occasion de discuter) qui ont décidé, après plusieurs mois de débats, le système monarchique d'une part, et Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha comme premier roi des Belges d'autre part. Rien ne nous a été imposé par la dynastie actuelle. Dans la Constitution, ils ont choisi le système d'une monarchie constitutionnelle qui oblige que tout acte du Roi soit validé par le gouvernement belge. C'est donc tout à fait démocratique. Et si un jour, une majorité de parlementaires choisissent d'instaurer une république en Belgique, ils sont tout à fait libres de le faire.

Le système monarchique existe effectivement dans le monde depuis plusieurs siècles, mais cela ne veut pas dire qu'il est mauvais... Les habitants des dix monarchies européennes ne remettent d'ailleurs pas en cause ce système. C'est donc qu'il fait plutôt ses preuves.

Concernant la Belgique, contrairement à ce que des personnes "soi-disant bien informées" répétaient (mais elles se sont trompées à 200%), le roi Philippe joue parfaitement son rôle de monarque constitutionnel. Il n'y a pas eu la moindre interpellation au parlement sur son rôle politique ou ses discours depuis son accession au trône en 2013. Même le président de la NVA Bart De Wever reconnaît qu'il n'a rien à lui reprocher.

Bref, pourquoi changer un système qui fonctionne bien, qui est contrôlé par le gouvernement et le parlement, et qui ne coûte pas plus cher qu'une république?

adrienne a dit…

quand je vois les élections présidentielles dans d'autres pays, leur coût et leurs tristes résultats, je suis bien contente de vivre dans notre monarchie constitutionnelle :-)
quand je vois qu'on est politicien et/ou multimillionnaire de père en fils, il ne me semble pas non plus que chacun naisse égal ;-)

youri a dit…

Petit Belge.
Enfin...
Êtes-vous certain d'être de bonne foi ?
Quand j'use de la formule "c'est cher payé", je ne fais aucune comparaison. Je dis simplement qu'entretenir un pantin issu de moeurs médiévales est évidemment un luxe.
Vous revenez chaque fois avec les comparaisons financières. J'attends de vrais chiffres qui tiennent aussi compte des responsabilités liés à la tâche de dirigeant. Et par tête d'habitant, les régimes presidentiels allemand, italien, français coûtent nettement moins que le régime monarchique belge.

Revenons à l'aspect démocratique !
Rappeler les événements de 1830, c'est quand même fort. À l'époque la Belgique s'est créée du fait que tous les grands pays environnant étaient des monarchies alors que la France se dirigeait depuis 1789 vers la Republique , choix honni par les vieilles familles royales européennes. Vous le savez très bien.
Et de quel droit une décision arbitraire de presque 200 ans est-elle encore légitime maintenant ?
Quant à ceux qui vilipendent le suffrage universel tel que votre admiratrice ci-dessus, je leur demande ce qu'ils penseraient si le bourgmestre de leur ville ou commune était de facto dirigée par le noblion du coin de père en fils ou en neveu. Sachez aussi chère madame Aérienne que, ne vous en déplaise, ceux que vous stigmatisez ont été élus ce qui est le choix des urnes.
Bien le bonsoir.

Un petit Belge a dit…

Sachez aussi cher Youri que, ne vous en déplaise, la famille royale que vous stigmatisez a été choisie par le Congrès National de 1830 et confirmée par ceux qui ont été élus, ce qui est le choix des urnes. Lors du changement de règne de 2013, aucun parti politique n'a tenté de remettre en cause le système monarchique... Adressez vos reproches à ceux que vous avez élu qui ont tout à fait la possibilité d'instaurer une république, car nous vivons en démocratie. Et visiblement, ils ont l'air très satisfaits du roi Philippe, car il n'y a pas eu la moindre interpellation au parlement sur son rôle constitutionnel en trois ans et demi de règne. Cela démontre que notre monarchie constitutionnelle fonctionne correctement, et que le courant passe bien entre le Palais et le monde politique (sans doute même mieux que sous le règne précédent).

youri a dit…

Choix des élus en 1830 ?
Vous êtes réellement à côté de toute réalité.
Rappelez-vous qui avait le droit de vote à cette époque et vous admettre que cela n'était guère démocratique si du moins vous êtes de bonne foi ce dont je doute de plus en plus.
Quant au comportement du roy, manquerait plus que cela qu'il doIve être remis en cause. Entre deux thalassos, on lui demande de se taire ou lire des discours écrits par d'autres.
Enfin, vous oubliez aussi la question royale où une majorité de Wallons voulaient la République. Vous niez qu'il y a actuellement de plus en plus de Flamands à se plaindre de la monarchie.
Bref vous pratiquez la surdité sélective.

Un petit Belge a dit…

Youri, je me contente des faits établis par "ceux qui ont été élus et sont le choix des urnes" (pour reprendre vos propres mots). Lors du changement de règne de 2013, aucun parti politique n'a tenté de remettre en cause le système monarchique. Et ils ont l'air très satisfaits du roi Philippe, car il n'y a pas eu la moindre interpellation au parlement sur son rôle constitutionnel en trois ans de règne. "Bref, vous pratiquez la surdité sélective" (pour reprendre à nouveau vos propres mots). Donc, si vous avez des critiques à formuler, adressez-vous à ceux que vous avez élu...

Le Journal d'un petit Belge n'a jamais caché ses sympathies pour la monarchie depuis la création du blog en 2006. Et je n'ai pas l'intention de changer d'opinion à ce sujet, car je trouve que notre monarchie constitutionnelle fonctionne très bien, et que le roi Philippe s'est vraiment bien adapté à la fonction (ce que confirme le monde politique)....contrairement à ce que certains observateurs soi-disant bien informés prédisaient.

Mais merci pour votre intérêt et vos nombreux commentaires depuis de nombreuses années pour mon blog favorable à l'unité de la Belgique et à notre famille royale. Même si vous n'êtes pas toujours d'accord avec mon point de vue, j'en déduis que vous appréciez quand même le Journal d'un petit Belge.