dimanche 12 octobre 2014

Sainte-Adresse, capitale belge de 1914 à 1918

Dans le cadre du centenaire de la première guerre mondiale, notre roi Philippe vient de se rendre à Saint-Adresse, une commune de Haute-Normandie entre le cap de la Hève et le port du Havre, qui a un lien particulier avec notre pays.


Rappelez-vous :  malgré notre neutralité dans le conflit et notre refus de laisser passer son armée pour attaquer la France,  l'Allemagne envahit la Belgique le 4 août 1914. Notre vaillante petite armée résiste le mieux possible, mais les Allemands progressent petit à petit. Suite à leur avancée, le roi Albert Ier et le gouvernement belge quittent notre capitale Bruxelles pour se retirer à Gand, puis Anvers et Ostende. Leurs chemins se séparent :  le roi Albert Ier et la reine Elisabeth décident de rester avec l'armée belge sur le dernier lambeau de territoire libre entre l'Yser et la mer du Nord (grâce à l'ouverture des écluses, les soldats belges avaient réussi à y stopper l'avancée allemande et résisteront pendant quatre ans), tandis que le gouvernement belge demande l'hospitalité française.


En octobre, deux bateaux quittent Ostende avec à son bord plus d'un millier de Belges (le gouvernement, le corps diplomatique et les fonctionnaires des ministères) en direction de la Normandie. Ils s'installent à Sainte-Adresse qui sera officiellement la capitale de la Belgique du 13 octobre 1914 au 18 novembre 1918. Cette petite station balnéaire a l'avantage d'être non loin du front (le premier ministre Charles de Broqueville fait des allers-retours hebdomadaires), et de disposer d'infrastructures, hôtels, immeubles et villas permettant de loger rapidement l'administration d'un Etat indépendant en exil. Un bureau de poste est même ouvert et débite des timbres à l'effigie du roi Albert Ier qui font le bonheur des philatélistes! Un hôpital militaire est aménagé dans un lycée. Les Belges ont leur propre usine entièrement consacrée à l'effort de guerre (ateliers de construction et de réparation de véhicules de l'armée, fabrication de poudre et de munitions, p.ex.). Le couple royal restera avec l'armée belge jusqu'à l'armistice de 1918, et ne viendra jamais à Sainte-Adresse.


Que reste-t-il de ces quatre années?  Deux monuments :  le monument "Reconnaissance à la France" offert à la ville en 1924 et inauguré par le prince Léopold, et la statue à l'effigie du roi Albert Ier érigée en 1938. Les villes de La Panne (où logeait le roi Albert Ier durant la guerre) et Sainte-Adresse (où logeait le gouvernement durant la guerre) sont jumelées. Devant le grand bâtiment principal qui a accueilli le gouvernement belge en exil, on peut voir une boîte aux lettres rouge typiquement belge où on lève toujours quotidiennement le courrier.  Et en ce mois d'octobre, le roi Philippe s'est rendu en personne à Sainte-Adresse pour rappeler cet épisode de notre histoire (il s'y était déjà rendu en 1998 pour les 80 ans de l'Armistice).

10 commentaires:

Tania a dit…

C'est par la belle toile de Monet que j'ai découvert un jour le nom de Sainte-Adresse (dont les habitants, si j'en crois Wikipédia, sont appelés Dionysiens).
Nous avons vu des images du roi à Sainte-Adresse à la télévision, et des beaux bâtiments occupés par le gouvernement en exil. Grâce aux commémorations, on en apprend beaucoup.

youri a dit…

La France a toujours accueilli les Belges de manière chaleureuse.
Elle est venue à son secours et elle accueillera évidemment la Wallonie le jour où la belgïe-que, creation contre nature, aura fait son temps.

Edmée De Xhavée a dit…

Edith Wharton, indignée du silence des Etats-Unis dont elle était citoyenne, a beaucoup fait pour les réfugiés belges alors car elle vivait à Paris. Elle s'est démenée sans compter!

ツ ✽ ღ Nancy ღ ✽ ツ a dit…

Ƹ̴Ӂ̴Ʒ❀

Un petit passage ici pour te saluer [-ิ‿•ิ]❀
Merci pour ce post intéressant !

Bonne journée cher petit Belge !

≧^◡^≦ GROSSES BISES D'ASIE ! A bientôt !!!

Florence a dit…

Coucou cher Petit Belge !
Belle page d'histoire Franco-Belge que tu nous remets en mémoire.
Par contre, je ne suis pas d'accord avec Youri pour accueillir en France la Wallonie ! Ils étaient Français autrefois et ont pris leur indépendance, maintenant qu'ils se débrouillent, c'est trop facile ! De plus où iront-ils se réfugier lorsqu'ils auront marre de la France ? C'est ridicule cette histoire là !
Bonne journée Petit Belge gros bisous et merci de ton passage chez moi !
Florence

youri a dit…

Florence.
Demandez à Petit belge de vous expliquer l' histoire de la creation de la Belgique.
Vous saurez ainsi que le peuple francophone de Belgique n'a pas eu le choix et a suivi l' envie de l' Angleterre et de la Prusse de rattacher la Belgique aux pays bas. Mariage contre nature a des fins géopolitiques et géostratégiques.
On voit actuellement le résultat désastreux.
Deja Talleyrand disait que cet état belge ne durerait pas.
La Belgique est une erreur de l' histoire.

Un petit Belge a dit…

Lors du Congrès de Vienne de 1815, nous n'avons effectivement pas été consultés, et l'actuel Benelux (Belgique, Pays-Bas et grand-duché de Luxembourg) a été offert au roi Guillaume d'Orange pour former un seul royaume qui n'a pas tenu longtemps car les Belges ont pris leur indépendance en 1830 et les Luxembourgeois en 1890.

Par contre, en 1830, les Belges ont fait la révolution pour obtenir leur indépendance (ils avaient déjà essayé en 1789-1790 lors des brefs Etats-Belgiques-Unis). Puis, leurs députés ont voté l'indépendance, rédigé la Constitution belge et choisi le futur roi. Les grandes puissances n'étaient guère enthousiastes à l'idée d'une Belgique indépendante, mais ont finalement accepté.

Philippe D a dit…

Je n'ai jamais entendu parler de cette commune...

Philippe a dit…

C'est une année de commémoration, Petit Belge... ce vendredi je regardais également notre Roi, sa femme et sa fille qui étaient à Comines. Bon week-end.

Josiane Paquet a dit…

il est toujours fructueux de nous rappeler notre histoire. Bon dimanche petit belge.