samedi 4 mai 2013

Interview de Marc Pinilla (Suarez)

Né en 1980 à Mons où il a étudié aux FUCAM, Marc Pinilla est le chanteur belge de Suarez, un groupe formé en 2008 qui s'est fait connaître grâce à leur album "On attend". Vous pouvez les retrouver sur Youtube :   www.youtube.com/watch?v=yX9MNAXfu-c . En ce début d'année 2013, Marc Pinilla a été un des coachs de la saison 2 de "The Voice Belgique" sur la RTBF. Il vient d'accorder une interview à "La Dernière Heure" :MarcPinillaS2

"Le show télé, c'est un nouvel exercice pour vous. Vous aviez une appréhension?
- Non, pas du tout. J'ai eu de bons coachs télé qui m'ont aidé sur les premiers enregistrements et j'ai trouvé mes marques. Il n'y a rien de tel que rester naturel en télé. Rester soi et ne pas jouer un rôle. C'est ce qui passe le mieux à la télé.

- "La Star Academy" ou "The Voice", c'est quelque chose que vous auriez tenté en tant que candidat?
- Oh, non, jamais! J'ai beaucoup de respect pour ces jeunes qui ont en moyenne entre 16 et 25 ans, et qui osent se mettre devant plein de caméras pour faire le show. Je n'aurais pas fait le dixième à leur âge. A priori, ce n'est pas par là que je voulais passer pour y arriver. Aujourd'hui, je suis ravi de contribuer à l'éclosion de jeunes talents qui méritent d'être là et ont du potentiel. Ceci dit, on ne leur offre par une carrière sur "The Voice", on leur offre une exposition. Et après, à eux de faire le reste.

- Quelles relations entretenez-vous avec vos talents?
- Quentin m'avait briefé, conseillé au début de ne pas m'attacher au début, que c'était dur. J'ai aussi évité de mettre trop de proximité avec mes talents mais ceci dit, j'ai une vraie relation amicale, fraternelle, paternelle avec eux quand je suis avec eux. Mais je ne vais pas plus loin, car on est dans le travail, on est des collègues. Mais le travail, on peut le faire avec le sourire.

- Vous préparez aussi vos talents à la suite :  à savoir que ceux qui regardent "The Voice" n'iront pas forcément aux concerts, tout comme ils n'achèteront pas toujours les albums?
- Je leur ai expliqué et je pense que çà fait partie du coaching aussi, le parcours du combattant que çà a été pour moi. Et le fait qu'on n'est pas là pour rien. Comment çà marche? Pourquoi çà marche? Dès qu'ils comprennent, ils relativisent et savent que la suite, c'est la jungle. Une nouvelle aventure peut démarrer pour eux ensuite, mais il faut vraiment qu'ils le souhaitent. Parce qu'il faut vraiment le vouloir d'entrer dans ce métier, çà ne tombe pas du ciel, c'est une bagarre de tous les jours. C'est un sacrifice énorme.

- A priori, on ne vous aurait pas imaginé dans le rôle de coach dans un télé-crochet?
- Il y a plusieurs raisons. J'ai d'abord refusé l'année dernière, j'étais frileux. Mais j'ai regardé l'émission l'année dernière, j'ai tout suivi, elle m'a énormément plu. J'aurais aimé être là finalement. La qualité est impeccable. Ensuite, cette année, j'avais du temps. En cette période, on est entre deux albums avec mon groupe Suarez. Le prochain sortira à l'automne. Enfin, je suis d'un naturel curieux et la télé et les caméras, ce sont des choses que je ne connaissais pas, c'est quelque chose que je voulais apprendre.

- Quand vous êtes-vous dit que votre carrière était peut-être lancée? Vous vous souvenez de la première fois que vous vous êtes entendu à la radio?
- C'était le 26 février 2008, je m'en souviens très bien. C'était "On attend". C'était énorme. On venait de signer dans une maison de disques, tout nous souriait. Chaque jour était une nouvelle victoire. Après, les problèmes sont arrivés, mais bon, les débuts, c'était magique!

- D'ici le prochain album cet automne, vous allez courir les festivals cet été?
- Non, on ne va pas faire de festivals majeurs cet été. On n'a pas envie de s'exposer encore avec cet album qu'on a rejoué sans cesse. On n'a pas envie de saouler les gens. On va juste faire quelques petits festivals off en campagne où il y a moins d'exposition et en profiter pour tester les nouveaux morceaux en toute discrétion.

- Votre notoriété a changé depuis que vous faites partie de l'aventure "The Voice Belgique"?
- Non, mis à part quand je fais mes courses et pour les petits restos au Lunch Garden le mercredi! Sérieusement, je suis quelqu'un de relativement casanier, donc çà a peu d'impact. La reconnaissance du grand public, c'est flatteur. Je suis quelqu'un de discret, j'aime ma petite ville tranquille. Mais bon, je l'ai voulu, je n'ai pas à me plaindre. Les 500.000 personnes qui vont me voir à la télé ne sont pas celles qui vont forcément acheter mon disque. J'avoue que je préfère qu'on vienne me trouver pour me dire "j'adore ta musique" plutôt que "tu es mignon". Même si c'est flatteur!".

6 commentaires:

Edmée a dit…

Un peu jeune pour moi je pense, je ne parle pas du garçon parce que c'est évident ;-) Mais je ne suis plus du tout la musique "moderne"... Jamais beaucoup suivi d'ailleurs!

Florence a dit…

Coucou mon cher Petit belge par une fin de journée très belle, presque l'été !
Je connais de nom ce groupe qui semble avoir du succès, mais ce n'est pas mon style...
Je viens te souhaiter une très bonne semaine et mes meilleurs bisous pour l'accompagner !
Florence

PHILIPPE a dit…

Bonsoir Petit Belge, j'ai eu l'occasion de le voir plusieurs fois lors de festivals d'été, notament aux 3 terrils (Dour), j'ai son album et ma fille vient de le voir ce vendredi à Incourt avec les candidats de son équipe The Voice... merci pour ta visite sur mon blog, à très bientôt.... amitiés.

Philippe D a dit…

Je ne connais pas beaucoup de chansons mais celles qui passent à la radio me plaisent assez.
Bonne semaine.

.•♫•. Nancy .•♫•. a dit…

•✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰
Bonjour cher Petit Belge :)
Merci pour cette interview !!!
J'aime cet artiste !!

bon mardi à toi et
GROS BISOUS d'Asie!!!! :)
•✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰

carine-Laure Desguin a dit…

Un groupe qui a retenu mon attention dès son premier succès. Je suis attentive aux paroles et musiques de toutes ces jeunes vedettes. Beaucoup de créations dans ces travaux.