dimanche 26 mai 2013

En couverture du "Elle" noir-jaune-rouge de cette semaine

                                     

8 commentaires:

Youri a dit…

Un numéro CHAUVIN.
En effet : tout est dit.
Du parti-pris, de la propagande digne de la Pravda (Vérité) soviétique.

Le belgium s'étiole un peu plus chaque jour ; les belgicains sont aux abois. Heureusement, il leur reste la méthode Coué.

Un petit Belge a dit…

Youri, "Elle" n'est pas une association patriotique mais une entreprise. Si "Elle" choisit de faire une telle couverture, c'est pour faire vendre son magazine et ils profitent de l'engouement actuel noir-jaune-rouge autour de nos Diables Rouges... C'est certes du marketing mais c'est parce qu'il y a une demande en ce sens. Je n'en tire aucune conclusion politique ; c'est juste un constat.

Youri a dit…

« Il y a deux sortes de journalistes : ceux qui s’intéressent à ce qui intéresse le public ; et ceux qui intéressent le public à ce qui les intéresse - et ce sont les grands. »
Gilbert CESBRON.

Dans le cas de ce magazine, les journaleux font partie de la première catégorie.
Elle est une entreprise qui doit vendre en effet. Elle s'aplatit donc devant une frange de l'opinion publique.
Anesthésie du peuple.
Du pain et des jeux.

Célestine a dit…

En même temps, si on ne devait parler que de ce qui existe!
j'ai lu récemment une revue entièrement consacrée aux Mayas, c'était rudement intéressant!

Edmée a dit…

B E L L E gique?

Youri a toujours la même rengaine, je vois :-) Malade ou en bonne santé, la Belgique reste la Belgique et ce n'est pas uniquement un "problème"... c'est aussi un bonheur pour pas mal d'entre nous.

Luc Van Immerseel a dit…

Ce n'est pas la Belgique qui est un "problème" !

Le problème, ce sont ceux et celles qui se laissent mener "par le bout du nez", qui suivent leurs élu(e)s tout comme cela se passe dans un troupeau de moutons : on fait la même chose que les autres sans réfléchir.
C'est effectivement bien plus facile de voter toujours pour les mêmes, par fatalisme, résignation, sans voix : donc se taire au lieu de réagir concrètement.
Par contre, on ronchonne, on critique à tour de bras, mais attention : sans jamais proposer des alternatives ou des solutions viables. Facile.

Heureusement, il y a encore bien des belges ... qui, dans toutes les langues, ne suivent pas bêtement le mouvement général, qui marchent à contre-sens de celui-ci, qui ne se taisent pas, et qui travaillent à l'avenir de tout leur pays, pour tous et toutes.

N'en déplaise à une "certaine majorité" amorphe et
bien pensante !

18:34 (GMT+2)

youri a dit…

La belgique est un problème en elle-même.
Ce pays artificiel porte en soi les gênes de sa disparition.

Mais chacun pense ce qu'il veut évidemment.
Sauf que la désillusion sera plus pénibles pour certains que pour d'autres.

marie-madeleine a dit…

demain à la gare je regarde et je l'achète pour le train (je pars en Angleterre!)