mardi 2 août 2016

"Journal d'une Verviétoise des Boulevards" (Edmée De Xhavée)

                                                 

Déjà auteur de plusieurs romans et recueils de nouvelles, Edmée De Xhavée rend un très bel hommage à ses grands-parents paternels dans cet ouvrage très bien écrit et agréable à lire. Elle s'est aidée du journal intime tenu par sa grand-mère de 1908 à sa mort en 1943 :   "un témoignage parfois surprenant et touchant sur sa vie, une vie qui n'eût rien de vraiment extraordinaire et qui, justement, reflète ce que pouvait être le train-train sans histoire d'une jeune fille des Boulevards qui devient femme, mère et affronte, comme tout le monde, cette montagne russe qu'est la vie".

Née en 1893, l'enfance bourgeoise de Suzanne se partage entre Verviers, la maison de campagne à Nismes, le séjour annuel à la côte belge et des vacances dans les pays voisins. A 17 ans, elle part en pension à Bonn en Allemagne, puis quelques mois en Angleterre. Edmée conclut :  "La voici suffisamment cultivée et éduquée pour faire la fierté de tout époux normalement exigeant. Elle aura bon caractère, saura intervenir brillamment dans les conversations touchant à l'art de se divertir avec finesse, animera harmonieusement silences et réunions de son toucher allègre sur le piano et ne dira jamais à son mari qu'elle "s'ennuie" et qu'il devrait la distraire. Elle a ainsi le bagage pour une certaine autonomie intellectuelle et culturelle".  Mais son cœur bat déjà pour son voisin Albert.

L'année 1914 commence bien avec l'exposition des toiles de son oncle peintre Charles Houben. Suzanne est à la côte lorsque les Allemands envahissent la Belgique. Sa famille s'enfuit aux Pays-Bas. L'insouciance est terminée mais Albert et Suzanne se fiancent en secret en 1916 (leur famille ne sera au courant qu'un an plus tard). Leur mariage a lieu en 1919 et sera heureux. Un an plus tard, ils décident de partir en Uruguay où ils restent jusqu'en 1926. C'est là que naît leur fils unique Jack. Première voiture en 1937.

La deuxième guerre mondiale éclate. Pendant que Suzanne et son fils s'enfuient en France, Albert est rappelé à la caserne de Namur, puis prisonnier de guerre en Westphalie. Le journal intime de Suzanne et Albert, et les souvenirs de Jack permettent de restituer la vie quotidienne à Verviers sous l'Occupation. Libéré, Albert s'engage dans l'Armée Secrète de Belgique.

Suzanne décède d'un cancer en 1943. L'année suivante, Albert succombe d'une crise cardiaque, après avoir eu le bonheur de vivre la libération de notre pays. Ils reposent au cimetière de Heusy, rejoints récemment par leur fils Jack. Et leur souvenir est désormais bien vivant grâce à ce livre de leur petite-fille qui écrit :   "De l'argent de la famille, il ne reste que le souvenir, quelques babioles, beaucoup de photos et ces carnets. Mais surtout, surtout, il y a cette belle éducation qui continue de génétiquement se propager, l'amour des choses belles même si simples et sans coût, le plaisir de l'affection, le goût du juste. La joie du voyage, proche ou lointain, le retour aux lieux connus et aimés par plusieurs générations. L'argent passe, s'écoule, va aider ou empoisonner d'autres vies. Mais la faim de vie est imprimée en nous".

"Journal d'une Verviétoise des Boulevards", ce n'est pas uniquement des souvenirs familiaux et verviétois. C'est aussi un livre qui plaira aux amateurs d'Histoire et d'histoires, et qui intéressera les historiens et les sociologues sur la vie quotidienne durant les deux guerres mondiales, et sur la vie d'une famille bourgeoise de la première moitié du 20ème siècle.

7 commentaires:

Adrienne a dit…

J'imagine que c'est aussi écrit avec humour?
:-)

Tania a dit…

Et quel plaisir aussi de lire ses chroniques sur son blog !
(Le code captcha devient de plus en plus ennuyeux à valider, pour info.)

serge l'optimiste a dit…

Un livre qui reflète le témoignage d'un vécu est plus précieux encore qu'un roman. Il nous plonge dans une réalité que certains ont connue et que d'autres découvrent. Merci de nous avoir renseigné cet ouvrage, grâce à toi, Petit, Belge, nous ne passons jamais à côté de belles choses. Amicalement.Serge l'Optimiste.

edmeedexhavee a dit…

Merci Petit Belge... voici une belle surprise je dois dire...

Christian franck a dit…

Lire un livre d'Edmée est à chaque fois un enchantement ...
Verviétoise aussi, cela me permet de me plonger dans ce qui a fait le quotidien des "bonnes familles" et de me remémorer mon histoire familiale.
De plus, Edmée est une tellement charmante personne, que j'apprécie énormément.
J'attends à chaque fois la prochaine parution avec impatience !

Christian franck a dit…

Très chère Edmée, c'est Nadine qui écrit et pas Christian !!!!

edmeedexhavee a dit…

Aaaaaaaaaaah... Je me demandais qui était ce Christian :) Ma Twin! Tabarnak c'est toué! Bisous!