mardi 31 mai 2011

L'artiste franco-belge Florence Carcelle

Née le 31 juillet 1953, notre amie Florence Carcelle a des origines dans la région de Frasnes-les-Buissenal (province du Hainaut en Belgique) d'une part, et dans la région de Nantes en France d'autre part. Elle raconte ses origines familiales franco-belges dans cet article : http://viedartiste-florencecarcelle.over-blog.com/article-entre-nantes-et-la-belgique-3eme-partie-62029672.html

Au cours de sa vie d'artiste, elle a notamment eu un stand sur le marché de Vannes où elle présentait des vêtements peints :
http://viedartiste-florencecarcelle.over-blog.com/article-ma-vie-d-artiste-65043273.html

Florence a ensuite eu un atelier-magasin : http://viedartiste-florencecarcelle.over-blog.com/article-ma-vie-d-artiste-2eme-partie-65241114.html

Voici quelques-uns de ses tableaux : http://viedartiste-florencecarcelle.over-blog.com/categorie-11488953.html

Après Vannes, Florence s'est installée à la campagne tout en ayant un atelier à Nantes :
http://viedartiste-florencecarcelle.over-blog.com/article-l-atelier-68494017.html
http://viedartiste-florencecarcelle.over-blog.com/article-l-atelier-suite-69006948.html

Ses problèmes de santé l'obligent malheureusement à interrompre sa vie d'artiste. Elle continue cependant à créer des montages photos à l'aide de son ordinateur. J'ai choisi sa série de compositions à partir de fleurs de printemps : http://viedartiste-florencecarcelle.over-blog.com/categorie-11479410.html

Au début de l'année 2009, elle laisse son premier commentaire sur le Journal d'un Petit Belge. Nous faisons ensuite connaissance par mail et elle m'envoie quelques-uns de ses montages photos. Je l'incite à créer un blog pour les montrer à d'autres personnes. C'est ce qu'elle a fait il y a un an. Grâce à l'aide de plusieurs d'entre vous (Nancy, Delphine, Carine-Laure, Célestine, Edmée, Tanette, PhilippeD, Oli, Fauvette, Fabienne, Mamie Sido et Mimi du Sud), nous lui consacrons un article de nos blogs respectifs pour faire connaître son blog et son travail : http://journalpetitbelge.blogspot.com/2010/06/merci-pour-florence.html

Un an plus tard, Florence n'a plus besoin de notre aide. Son blog a pris son envol et a son club de fidèles lecteurs. Bonne continuation Florence! Et saluons aussi son fidèle et dévoué voisin Paul pour toute l'aide qu'il lui apporte.

dimanche 29 mai 2011

Hommage de Christiane à son papa

Je vous envoie régulièrement sur le blog de notre amie Christiane pour découvrir ses visites et ses photos aux quatre coins de notre pays. Je vous invite aujourd'hui à lire l'hommage qu'elle a rendu à son papa, mort durant la deuxième guerre mondiale, sur le blog de Pro Belgica Hainaut dont elle est membre : http://probelgicahainaut.blogspot.com/2011/05/hommage-raoul-brabant.html . N'oublions jamais toutes ces personnes qui ont sacrifié leur vie pour notre liberté.

samedi 28 mai 2011

"La Belgique et ses démons" (Luc Beyer de Ryke)

Alors que l'avenir du pays est incertain, le journaliste Luc Beyer de Ryke revient sur les mythes fondateurs et destructeurs de la Belgique. Tout commence au XVème siècle lorsque les principautés, duchés et comtés se regroupent progressivement au sein d'un même Etat sous l'impulsion des ducs de Bourgogne, et commencent donc à avoir une histoire commune (à l'exception de la principauté de Liège). Ils nous ont laissé un riche patrimoine culturel : Jan Van Eyck, Hans Memling, Roger de la Pasture, p.ex. Charles le Téméraire et sa fille Marie de Bourgogne reposent à l'église Notre-Dame de Bruges.

La Bataille des Eperons d'Or en 1302 a été choisie comme fête régionale flamande dans les années 70, et le ministre-président Luc Van den Brande avait même évoqué l'indépendance de la Flandre pour son 700ème anniversaire en 2002. Que s'est-il réellement passé? Furieux de l'alliance de son vassal le comte de Flandre avec l'Angleterre, Philippe le Bel (roi de France) l'emprisonne et occupe le comté. Soutenus par des troupes namuroises (alliées au comte de Flandre), les bourgeois et artisans remportent la victoire le 11 juillet 1302 contre les chevaliers français. A cette époque, le comté ne correspond pas à la Flandre actuelle, et comprend la Zélande et le Nord-Pas de Calais. Le terme "Flamand" désigne ses habitants, qu'ils parlent français ou la langue locale. Pendant longtemps, cette victoire est présentée comme une résistance "belge" à l'envahisseur, et le roi Albert Ier y fait allusion dans un discours en 1914 lors de l'invasion des Allemands. Puis, la Bataille des Eperons d'Or est reprise comme symbole par le mouvement nationaliste flamand alors que l'histoire démontre qu'ils ont peu de liens entre eux.

Au nord du pays, certains vénèrent Henri Conscience, auteur du "Leeuw van Vlaanderen" (Le lion des Flandres) qui valorise la langue néerlandaise. Mais ils oublient de signaler qu'il a participé à la révolution belge de 1830, qu'il a reçu une aide financière du roi Léopold Ier pour publier ses oeuvres, et qu'il a eu droit à des funérailles nationales. Son amour de la Flandre et de la langue néerlandaise n'étaient pas incompatibles avec l'Etat belge.

La première fracture entre nos communautés a lieu lors de la première guerre mondiale. Le mythe des soldats flamands morts parce qu'ils ne comprenaient pas les ordres donnés par des officiers en majorité francophone s'installe ("L'image est exagérée mais pas inexacte" fait remarquer Luc Beyer de Ryke). Pendant ce temps, le reste du pays est occupé par les Allemands qui tentent de diviser les Belges en appliquant la "Flamenpolitik" du gouverneur militaire von Bissing (création de l'université flamande de Gand, p.ex.). Après la première guerre mondiale, le mouvement nationaliste flamand qui était jusque là patriote et belge, commence à revendiquer l'indépendance de la Flandre.

Au sud du pays, la lettre de Jules Destrée en 1912 fait du bruit : "Sire, il n'y a pas de Belges. Vous régnez sur deux peuples : des Wallons et des Flamands". Il se reconvertit cependant en grand patriote belge après la guerre. La Question Royale montre des différences de sensibilité entre le nord et le sud. Avant de mourir en 1962, le syndicaliste wallon André Renard lance l'idée du fédéralisme. L'auteur évoque les tentations rattachistes de l'écrivain Charles Plisnier et de certains responsables politiques francophones (Daniel Ducarme et Jean Gol, p.ex.).

Luc Beyer de Ryke s'intéresse aussi aux mythes entourant nos rois. Il montre comment l' "oeuvre civilisatrice congolaise" de Léopold II est présentée aujourd'hui différemment dans les manuels scolaires. Il dévoile ensuite un roi Albert Ier plus complexe que son surnom de "roi-chevalier", et cite les similitudes avec son fils Léopold II. Le règne du roi Baudouin est marqué par la transformation de la Belgique en un Etat fédéral.

De la célèbre citation de Jules César ("De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves") à la victoire électorale de Bart De Wever en 2010, l'auteur nous retrace plusieurs siècles d'histoire dans cet ouvrage intéressant, objectif et agréable à lire.

jeudi 26 mai 2011

L'humoriste belge Virginie Hocq

Née en 1975, Virginie Hocq entre en 1996 au Conservatoire Royal de Bruxelles. En 1999, elle crée son premier one-woman-show, avant d'intégrer la troupe du Magic Land Théâtre et la Ligue Belge d'Improvisation. Elle sort de l'anonymat en 2005 en faisant la première partie de son amie Lara Fabian et des Frères Taloche. Elle enchaîne ensuite les prestations au cinéma, dans les téléfilms et au théâtre. Virginie Hocq débute actuellement une tournée avec son nouveau one-woman-show, "Pas d'inquiétude" : du 1er au 25 juin au Petit Montparnasse à Paris, le 15 octobre à Uccle, le 16 octobre à Seraing, le 19 octobre à Braine-le-Comte, le 22 octobre à Liège, le 27 octobre à Huy, le 28 octobre à Barvaux-sur-Ourthe, le 5 novembre à Libramont, le 12 novembre à Arlon, le 15 novembre à Charleroi, le 17 novembre à Namur, le 19 novembre à Quevaucamps, le 20 novembre à Mouscron, le 26 novembre à Verviers, le 9 décembre à Tubize, le 10 décembre à Ath, avant de partir en tournée en 2012 dans toute la France. Je vous propose de (re)voir ses anciens sketchs sur youtube : www.youtube.com/watch?v=PZYhsEkFwNQ&feature=related

mardi 24 mai 2011

Récompenses culturelles belges

Pour la cinquième fois, les frères Dardenne ont obtenu une récompense au Festival de Cannes : prix d'interprétation pour Emilie Dequenne et Palme d'Or pour leur film "Rosetta" en 1999 ; prix d'interprétation pour Olivier Gourmet dans leur film "Le fils" en 2002 ; Palme d'Or pour leur film "L'enfant" en 2005 ; prix du scénario pour leur film "Le silence de Lorna" en 2008 ; Grand Prix pour leur film "Le gamin au vélo" en 2011. Le film "Les géants" de notre compatriote Bouli Lanners a décroché deux des trois prix décernés à la quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes : celui de la Cicae remis par les exploitants de salles d'art et d'essai, et celui de la SACD.

Par ailleurs, le ténor Thomas Blondelle (28 ans) a terminé deuxième du Concours Musical International Reine Elisabeth 2011, consacré cette année au chant. Bravo les Belges!

dimanche 22 mai 2011

Le Jardin Botanique de Louvain/Leuven

Le Jardin Botanique de Louvain (Leuven en néerlandais) est le plus ancien de Belgique. En 1738, l'université aménage un premier jardin pour ses étudiants en médecine. Un agrandissement est indispensable : un nouveau jardin botanique a donc ensuite été créé en 1819 sur le site d'un ancien monastère capucin en ruines. Il accueille aujourd'hui près de 800 plantes de familles diverses et est ouvert au public. Partons à la découverte de ce jardin grâce aux photos de notre ami Dominic :
http://fotodominic.skynetblogs.be/archive/2011/05/16/kruidtuin-leuven.html
http://fotodominic.skynetblogs.be/archive/2011/05/17/kruidtuin-2-3.html
http://fotodominic.skynetblogs.be/archive/2011/05/18/kruidtuin-3-3.html

vendredi 20 mai 2011

La Fondation Diplomatique Belge

Après avoir mené une carrière diplomatique, André Querton est revenu en Belgique où il a créé la Fondation Diplomatique Belge et vient de publier le livre "Les diplomates belges" (éditions Mardaga). Il a expliqué les raisons de cette double initiative à la presse :

"La diplomatie a énormément évolué depuis le siècle dernier. A l'origine, c'était essentiellement un club masculin dont les membres venaient de la noblesse francophone. Aujourd'hui, tout est différent : le milieu social a changé, les femmes sont entrées dans la carrière et le rôle d'un ambassadeur est en pleine redéfinition. Je crois cependant qu'il ne faut pas couper les liens avec le passé, et c'est pourquoi j'ai appuyé chaleureusement le projet de mon ami Raoul Delcorde, ambassadeur à Varsovie, d'écrire un livre sur les diplomates qui ont représenté la Belgique à l'étranger depuis 180 ans. On y trouvera un aperçu historique qui nous mène de Léopold Ier à l'ère de la mondialisation, des détails sur la carrière, quelques portraits de diplomates (Alfred Cahen, Robert Rothschild, Paul Noterdaeme, etc.) et un lexique où on explique des termes comme "plénipotentiaire" ou "persona non grata". L'intérêt du livre tient aussi à une riche iconographie (photos, gravures et caricatures). En parcourant des archives administratives et familiales, en feuilletant de vieux albums photographiques, je me suis rendu compte qu'il y avait là une masse d'informations précieuses, et parfois même des éléments de poésie exotique... Le but de la fondation est de rassembler un maximum de documentation illustrant tous les aspects de la vie diplomatique belge depuis 1830. C'est pourquoi je fais appel à tous les diplomates ou à leurs familles pour qu'ils nous confient, en copie ou en originaux, des notes, des récits, des photos, des objets, des tableaux, de manière à constituer un lieu de mémoire absolument unique, accessible à la fois au public et aux chercheurs universitaires. Beaucoup de diplomates ont vécu dans leur carrière des moments historiques. Pour les évoquer, il n'est peut-être pas nécessaire d'écrire un livre de 300 pages ; en revanche, l'essentiel de ces témoignages pourrait être condensé en trente pages tout à fait passionnantes. Les Américains ont formé des équipes de diplomates qui, armés d'un enregistreur, vont trouver une série de collègues et leur posent des questions bien préparées sur ce qu'ils ont vécu à tel ou tel moment. C'est une forme d'histoire orale que j'aimerais développer chez nous. Songez, par exemple, à tout ce que pourraient raconter nos diplomates qui ont vécu la période postcoloniale au Congo. A partir du moment où l'Europe se dotera d'un service diplomatique à part entière, tout va changer radicalement. Dans cinq ans, j'imagine que tous les grands dossiers seront gérés par l'Europe. Et nos représentants à l'étranger vont retrouver des tâches plus consulaires, parmi lesquelles essentiellement la défense et la promotion des intérêts économiques belges. En somme, ce sera un retour aux origines pour la carrière diplomatique".

Plus d'infos : Fondation Diplomatique Belge - 14, avenue des Touristes - 1150 Bruxelles(touristes14@skynet.be)

mercredi 18 mai 2011

Inauguration du Museum Aan de Stroom à Anvers

Le roi Albert et la reine Paola ont inauguré hier le MAS - Museum Aan de Stroom ("musée le long du fleuve" en français) dans le port d'Anvers. Cette tour contemporaine audacieuse, percée de verre, est dûe à l'architecte néerlandais Willem Neutelings. Elle compte 10 étages, mesure 65 m de haut et possède une terrasse panoramique. Ce nouveau lieu culturel majeur d'Anvers accueille plusieurs musées de la ville et des expositions temporaires.

Photos du bâtiment : http://dorpstraat-mariakerke.skynetblogs.be/archive/2010/08/10/het-mas-in-antwerpen.html

Photos de l'inauguration : http://royautes.romandie.com/post/18174/228118

dimanche 15 mai 2011

La province du Luxembourg

Après l'indépendance de la Belgique en 1830, le Traité de Londres fixe les frontières définitives de notre pays. L'ancien duché de Luxembourg est scindé en deux : la partie occidentale revient à la Belgique et prend le nom de province du Luxembourg ; la partie orientale est attribuée à Guillaume d'Orange avant de devenir en 1890 un Etat indépendant (le grand-duché de Luxembourg).

Située au sud-est de la Belgique, la province du Luxembourg est la province belge ayant la plus grande superficie, mais est la moins peuplée. Elle compte de nombreuses forêts et est traversée par la Semois, la Sûre, la Lesse et l'Ourthe. Son chef-lieu est Arlon et elle a sa propre télévision régionale (TV Lux). Les habitants de cette province ont terriblement souffert de l'offensive allemande lors de la Bataille des Ardennes durant l'hiver 1944.

Cette province est très touristique et voici les articles que je lui ai déjà consacrés :

Redu, le Village du Livre : http://journalpetitbelge.blogspot.com/2010/02/redu-un-village-livres-ouverts-noel.html

La ville de Durbuy : http://journalpetitbelge.blogspot.com/2010/07/durbuy.html

La ville de Bouillon : http://journalpetitbelge.blogspot.com/2011/01/la-ville-de-bouillon.html

La région d'Orval : http://journalpetitbelge.blogspot.com/2011/04/promenade-dans-la-region-dorval.html

La commune de Bertrix : http://journalpetitbelge.blogspot.com/2011/05/la-commune-de-bertrix.html

Et vous, quels sont vos coups de coeur dans la province du Luxembourg?

samedi 14 mai 2011

Le Studio 100

Le Studio 100 est né en 1996 avec 5 employés. Quinze ans plus tard, cette société belge emploie plus de 1.000 personnes à travers le monde, possède des dizaines de personnages et deux parcs d'attractions, et distribue ses séries dans plus de 100 pays, le tout avec un chiffre d'affaires de 140 millions d'euros par an!

En 1996, Gert Verhulst fonde la société et la série "Samson en Gert". C'est un succès au nord du pays qui entraîne la création d'autres séries et se décline en chansons, cd, jouets, shows et autres produits dérivés. Le Studio 100 a installé ses quartiers à Schelle (à une cinquantaine de kilomètres de Bruxelles) où travaillent aujourd'hui 200 personnes en permanence. Le Studio 100 rachète l'ancien parc Méli à la côte belge et le transforme en Plopsaland.

Le Studio 100 s'est ensuite attaqué à la Belgique francophone suite à un partenariat avec Club-RTL qui diffuse en moyenne 2h de leurs programmes par jour. Ils ont racheté l'ancien parc d'attractions situé au pied de la cascade de Coo (province de Liège) et l'ont transformé en Plopsacoo. La version francophone de "Samson en Gert" s'appelle "Fred et Samson", et le rôle de Fred est interprété par Christian Moreau. Depuis le 5 mars et jusqu'au 29 mai, la troupe est en tournée au sud du pays pour le plus grand bonheur des plus petits.

jeudi 12 mai 2011

La révolution belge dans la région d'Ath

Lorsqu'on évoque la révolution belge de 1830, on pense aux événements ayant eu lieu à Bruxelles (voir mon article sur le sujet : http://journalpetitbelge.blogspot.com/2010/07/la-revolution-belge-de-1830.html). J'ai trouvé dans un livre d'histoire locale quelques informations sur ce qui s'est passé dans la région d'Ath :

"La révolution de 1830 est née dans un contexte de crise économique et sociale. L'hostilité aux Hollandais d'une partie des notables a trouvé l'appui du petit peuple, mécontent de sa condition sociale. Cette situation se retrouve dans notre région. Le mécontentement s'exprime dès la fin de l'année 1829 par la pétition qui formule les griefs des Belges. Celle-ci recueille beaucoup de succès à Ath mais aussi dans des villages comme Moulbaix et Meslin-l'Evêque. Le mouvement de protestation prend de l'ampleur en septembre 1830. Il touche aussi bien Chièvres et Lessines qu'Ath. Des volontaires s'engagent dans le corps des patriotes à Bruxelles. En particulier, dans la nuit du 9 au 10 septembre, un groupe de patriotes y emmènent une pièce d'artillerie, le fameux Canon du Mont Sarah. L'événement est toujours commémoré à la ducasse du faubourg en juillet et raconté par un groupe de la ducasse d'Ath. Le mécontentement populaire s'exprime à plusieurs reprises avant que le peuple athois ne s'empare de la caserne et de la place d'Ath le 27 septembre avec l'aide d'ouvriers carriers venus de Maffle et de patriotes venus de Meslin-l'Evêque. Les habitants de Flobecq seront aussi de la partie puisque 25 d'entre eux sont présents à Bruxelles le 27 septembre et qu'une soixantaine participent à la défense de la place d'Ath dès le 27. Lessines fournira aussi des volontaires aux journées bruxelloises de septembre, de même que des communes rurales comme Frasnes-les-Buissenal, Tongre-Saint-Martin, Cambron-Saint-Vincent ou Brugelette. La région a donc largement apporté sa part aux événements qui ont donné naissance à la Belgique en 1830 (...) A la fin des années 60, la ducasse d'Ath traverse une période difficile. Elle connaît des problèmes de figuration et d'organisation. Ceux-ci sont résolus sous l'impulsion d'une équipe de jeunes rassemblés au sein du comité de rénovation du cortège. C'est cette association qui crée en 1975 le groupe du Canon du Mont Sarah rappelant la révolution de 1830. L'introduction d'un groupe nouveau, sans aucune base traditionnelle, sacrifiant au goût de la reconstitution historique, est contestée par les spécialistes. Elle a cependant été acceptée par la population".

source : "Ath et le pays des Collines" de Roger Cantraine et Jean-Pierre Ducastelle, éditions Paul Legrain, 1991

lundi 9 mai 2011

Le 700ème article de ce blog

Voici le 700ème article du Journal d'un Petit Belge, créé en décembre 2006 pour défendre l'unité de la Belgique, montrer les beaux endroits de notre pays et mettre en valeur les Belges qui se distinguent dans tous les domaines (sport, culture, p.ex.). Cette formidable aventure ne m'a apporté que des satisfactions et de belles rencontres. En 2009, j'ai créé deux blogs secondaires (http://ecrivainsbelges.blogspot.com et http://familleroyalebelge.blogspot.com) afin de regrouper mes articles sur ces deux domaines.

Merci à mes lecteurs réguliers pour leur fidélité, leur intérêt pour la Belgique et leurs nombreux commentaires : Edmée, Youri, Louis et Micheline, Mimi du Sud, PhilippeD, Amaury et Delphine, Pierre-Jean, Célestine, Philou, Josiane (de Namur), Tanette, Fauvette, Yves, Cristina, Jacques, Marcelle, Christiane, Coumarine, Florence, DD, Latil, Nancy, Françoise, Damien, Josiane (du pays basque), Marie-Madeleine, Oli, Myosotis, Fanchon, Mamyni, Verdinha, Josiane (de Ghlin), Carine-Laure, Canelle, Philippe (du Béarn), Monelle, Chantal, Laura, Tania, Viviane, Naline, Patrick, Paloma, Vanessa et Dominic, Serge, Pascale, Tamara, Olivier, Thierry, ainsi que les lecteurs de passage.

vendredi 6 mai 2011

La commune de Bertrix

Après Westerlo et Laeken, direction le sud-est de la Belgique pour découvrir Bertrix, une commune rurale de 8.000 habitants, surnommée la "cité des baudets". Notre amie Christiane nous propose des photos de son centre :
http://petalesderose.canalblog.com/archives/2011/02/08/20122978.html
Ainsi qu'une visite guidée sur les traces d'un ardoisier mineur de Bertrix :
http://petalesderose.canalblog.com/archives/2011/02/10/20122989.html
Je vous souhaite un bon week-end et une bonne fête ce dimanche à toutes les mamans. Je compte sur votre présence pour mon prochain article...

jeudi 5 mai 2011

Actions pour l'unité de la Belgique ce samedi

La plate-forme "Niet in onze naam/Pas en notre nom" (contre le nationalisme et le séparatisme) organise une nouvelle série d'activités ce samedi 7 mai 2011 à Bruxelles. A 13h, une parade de 2,1 km aura lieu entre le boulevard Albert II et le parc de Koekelberg. A 15h, un Parlement du Peuple se tiendra dans le parc de Koekelberg, suivi d'un pique-nique. Plus d'infos sur http://www.pasennotrenom.be/ . Ces actions sont soutenues par une centaine d'associations ou d'organisations de tout le pays (Sauvons la solidarité, Shame, CSC, FGTB, Réseau des Arts à Bruxelles, BPlus, Pro Belgica, Ecole sans racisme, Kultuur en Democratie, Fédération des Etudiants Francophones, etc.). Les objectifs de cette journée : une sécurité sociale fédérale forte, une société colorée et multidimensionnelle, le renforcement du bilinguisme et du multilinguisme, et la création d'une circonscription électorale nationale pour renforcer l'unité de la Belgique.

mardi 3 mai 2011

Nouveau livre sur les aventuriers belges

Yves Vander Cruysen, échevin de la Culture à Waterloo, vient de sortir "Curieuses histoires des aventures belges" (éditions Jourdan), fruit de dix ans de recherches. Il évoque, par exemples, Catherine Sablon, une habitante de Wavre qui a cuisiné à Sainte-Hélène pendant l'exil de Napoléon, le bey Defoër né à Jodoigne avant de faire fructifier le patrimoine du vice-roi d'Egypte, Louis de Geer qui a développé la sidérurgie en Suède et y a emmené des milliers de Belges, Pierre-Jean De Smet qui sympathise avec les Peaux-Rouges et joue un rôle important dans les accords de Fort Laramie, Jacob Lemaire qui quitte Tournai pour découvrir la route du Sud, etc.

Yves Vander Cruysen a expliqué sa démarche : "Je ne suis pas un historien, je suis un raconteur d'histoires. J'essaie de donner le goût aux Belges pour l'histoire et un sentiment de fierté nationale. En ces temps troublés, le livre se veut aussi une démarche citoyenne. Ce livre n'est pas celui d'un belgicain nostalgique de la Belgique de papa, mais j'ai été très déçu de la couverture dans les médias étrangers de la manifestation Shame, notamment. J'ai donc eu envie de montrer le rôle qu'ont eu les Belges dans la genèse du monde. Et aujourd'hui encore, des ingénieurs, entreprises et savoir-faire belges se retrouvent aux quatre coins du monde".